Accueil | Actualités | Médias | Valérie Trierweiler « Merci pour le moment » confusion entre journalisme et politique
Pub­lié le 4 septembre 2014 | Éti­quettes :

Valérie Trierweiler « Merci pour le moment » confusion entre journalisme et politique

L’Ojim ne va pas s’étendre sur les « révélations » de l’ouvrage de Madame Trierweiler. Le titre pourrait être celui d’une télé-réalité ou d’une émission de radio.

Remarquons simplement qu’au-delà de la dévalorisation d’un homme déjà durement éprouvé par la dure réalité des faits, c’est la fonction présidentielle qui se trouve dévaluée.

Sur le plan des médias cette sordide petite affaire souligne une fois de plus les relations incestueuses entre journalisme et politique. Personne ne se choquera qu’un homme politique ait des maîtresses (les exemples sont multiples et viennent de haut) mais il est étrange qu’un Président installe sa dulcinée à l’Élysée et que celle-ci ne se mette pas en retrait de son métier de journaliste dans un grand hebdomadaire illustré.

Car au fond, « Merci pour le moment » est un reportage. Madame Trierweiler est un journaliste infiltré ou accueilli (les américains disent « Embedded ») dans la zone de combat politique. Cette incrustation n’est possible qu’à la condition que des relations « spéciales » se nouent entre l’accueilli(e) et l’accueillant.

Et c’est là que le bât blesse. Du voussoiement au tutoiement, du Monsieur ou Madame au François ou au Nicolas, de la poignée de mains à la bise, du restaurant à l’oreiller, les relations entre politiques et journalistes se dévoient. Dans cette dérive tous les degrés existent, du simple SMS « off » aux confidences les plus intimes.

Si l’Ojim devait résumer en une phrase ce que devraient être les relations entre journalistes et politiques, ce pourrait être « éloge de la distance ».
Crédit photo : marqueton via Flickr (cc)

Voir notre vidéo « journalistes et politiques »

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This