Accueil | Actualités | Médias | Valérie Trierweiler « Merci pour le moment » confusion entre journalisme et politique
Pub­lié le 4 septembre 2014 | Éti­quettes :

Valérie Trierweiler « Merci pour le moment » confusion entre journalisme et politique

L’Ojim ne va pas s’étendre sur les « révélations » de l’ouvrage de Madame Trierweiler. Le titre pourrait être celui d’une télé-réalité ou d’une émission de radio.

Remarquons simplement qu’au-delà de la dévalorisation d’un homme déjà durement éprouvé par la dure réalité des faits, c’est la fonction présidentielle qui se trouve dévaluée.

Sur le plan des médias cette sordide petite affaire souligne une fois de plus les relations incestueuses entre journalisme et politique. Personne ne se choquera qu’un homme politique ait des maîtresses (les exemples sont multiples et viennent de haut) mais il est étrange qu’un Président installe sa dulcinée à l’Élysée et que celle-ci ne se mette pas en retrait de son métier de journaliste dans un grand hebdomadaire illustré.

Car au fond, « Merci pour le moment » est un reportage. Madame Trierweiler est un journaliste infiltré ou accueilli (les américains disent « Embedded ») dans la zone de combat politique. Cette incrustation n’est possible qu’à la condition que des relations « spéciales » se nouent entre l’accueilli(e) et l’accueillant.

Et c’est là que le bât blesse. Du voussoiement au tutoiement, du Monsieur ou Madame au François ou au Nicolas, de la poignée de mains à la bise, du restaurant à l’oreiller, les relations entre politiques et journalistes se dévoient. Dans cette dérive tous les degrés existent, du simple SMS « off » aux confidences les plus intimes.

Si l’Ojim devait résumer en une phrase ce que devraient être les relations entre journalistes et politiques, ce pourrait être « éloge de la distance ».
Crédit photo : marqueton via Flickr (cc)

Voir notre vidéo « journalistes et politiques »

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux