Accueil | Actualités | Médias | NRJ : L’UFC-Que Choisir accuse Cauet de bidonnage
Pub­lié le 13 juillet 2013 | Éti­quettes : ,

NRJ : L’UFC-Que Choisir accuse Cauet de bidonnage

L’UFC-Que Choisir, association de consommateurs, vient de mettre à l’épreuve une émission – malheureusement – phare de la jeunesse : « C’Cauet » sur NRJ.

Et le bilan n’est guère reluisant – en même temps, à quoi s’attendait-on ? En effet, selon l’étude menée par l’association, la plupart des canulars téléphoniques de l’émission sont bidonnés et interprétés par des « acteurs ». « En fait, très souvent, tout le monde est de mèche, témoigne un auditeur. La standardiste m'appelle à l'avance et m'explique mon rôle : ma pseudo-copine, qui habite en réalité à 500 km et que je n'ai jamais vue, va téléphoner et me dire qu'elle a couché avec mon père. Je dois m'énerver, et puis, à un moment, je lui balance que, moi, j'ai couché avec sa sœur. Évidemment, on s'insulte, on s'énerve... »

À combien s’élève le pourcentage de sketches truqués ? Sandy, une autre habituée, nous éclaire : « J’en ai visionné une cinquantaine récemment sur YouTube. Je suis certaine qu’une trentaine au moins était bidonnée, parce que je reconnais les voix de faux auditeurs. Ce sont des intervenants habitués, comme moi. On forme une petite famille, à force… »

« Les bidonnages sont hyperfréquents. J’en fais depuis des années, et pas seulement pour Cauet », ajoute Ronald qui précise également que les participants, quand ils sont payés, « c’est 10 € par intervention ou bien un CD, pas plus ». En effet, Cauet n’est « pas le seul à scénariser les interventions “spontanées” de la libre antenne. La hantise, ce n’est pas l’auditeur qui dérape, mais l’absence d’auditeur, le blanc à l’antenne en direct », analyse un professionnel pour l’UFC-Que Choisir.

Contacté par l’association, NRJ s’est refusé à tout commentaire. Vadim Forest, directeur général adjoint de Be Aware, la société de production de l’émission, a néanmoins admis l’existence de « séquences scénarisées », mais « surtout au démarrage de l’émission », il y a 3 ans. « Non. Ça continue », assure Sandy.

Sur le compte Facebook de l’émission, Sébastien Cauet a répondu à l’UFC-Que Choisir. « Je savais qu'être à la tête d'une émission numéro un attirait des jalousies mais je ne les imaginais pas à ce point », commence-t-il tout d’abord. Concernant les auditeurs qui serait payés 10 euros, l’animateur vante l’explosion des parts de marché remportés par son émission avant de conclure : « croyez vous vraiment que j ai besoin de ça ? »

Et celui-ci de poursuivre : « Je ne fais pas une émission d'information mais de divertissement, aussi lorsqu'un auditeur, à quelques minutes du direct refuse "le râteau time" ou "le Marion test ton mec", je me dois d'assurer la séquence préférant divertir avec un auditeur complice et non un comédien, qui suivra une ligne directrice et non un scénario, et qui sera garant de la ligne éditoriale de l'émission et du respect des règles du CSA… et toujours non rémunéré. »

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This