Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
NRJ : Enora Malagré confirme le bidouillage de Cauet

23 septembre 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | NRJ : Enora Malagré confirme le bidouillage de Cauet

NRJ : Enora Malagré confirme le bidouillage de Cauet

Invitée le 21 septembre sur « le tube » de Canal+, l’animatrice Enora Malagré a confirmé que Sébastien Cauet bidouillait bien ses « canulars » téléphoniques dans son émission intitulé « C Cauet » sur NRJ.

L’une des rubriques de cette émis­sion, « Eno­ra teste sa fidél­ité » con­sis­tait à « dra­guer » au télé­phone le com­pagnon d’une auditrice com­plice afin de tester sa fidél­ité et éventuelle­ment de lui faire avouer qu’il avait déjà trompé sa com­pagne. Le cou­ple s’écharpait ain­si en direct et se don­nait en spec­ta­cle à la grande sat­is­fac­tion de Sébastien Cauet qui n’a certes jamais bril­lé pour son élégance.

Eno­ra Mala­gré, qui est aujourd’hui chroniqueuse dans l’émission « Touche pas à mon poste » de Cyril Hanouna, a ain­si con­fessé « ne pas être très fière » de cette séquence, « sachant que la moitié des jeunes qui appelaient, c’étaient des comé­di­ens ». Elle con­firme ain­si les accu­sa­tions d’une enquête d’UFC-Que choisir parue en juil­let dernier qui révélait que l’équipe de l’émission de Cauet fai­sait appel à des comé­di­ens qui, au bout du fil, jouaient leur rôle d’amant infidèle et de femme bafouée. « Très sou­vent, tout le monde est de mèche, racon­te ain­si l’un de ces comé­di­ens. La stan­dard­iste m’appelle à l’avance et m’explique mon rôle : ma pseu­do-copine, qui habite en réal­ité à 500 km et que je n’ai jamais vue, va télé­phon­er et me dire qu’elle a couché avec mon père. Je dois m’énerver, et puis, à un moment, je lui bal­ance que moi, j’ai couché avec sa sœur. Évidem­ment, on s’insulte, on s’énerve… » Selon UFC-Que Choisir, les comé­di­ens étaient rémunérés 10 € ou un CD par inter­ven­tion, même si un autre faux témoin affirme quant à lui que ces « cadeaux » n’étaient générale­ment même pas envoyés… Selon un troisième lar­ron, l’émission de Cauet n’est cepen­dant pas la seule à tru­quer ain­si ses « can­u­lars » en faisant appel à des professionnels.

Si Vadim For­est, directeur adjoint de Be Aware, la société qui pro­duit l’émission, a admis avoir eu recours à des « faux par­tic­i­pants », Sébastien Cauet, lui, l’a tou­jours nié. « Il m’est déjà arrivé dans ma longue vie d’animateur de radio de répon­dre à ses sujets d’attaque ridicules mais celui-ci bat des records… Je savais qu’être à la tête d’une émis­sion numéro un atti­rait les jalousies mais je ne les imag­i­nais pas à ce point », écrivait-il sur son compte face­book le lende­main de la paru­tion de l’enquête. Il faut dire que selon l’association de défense des con­som­ma­teurs, out­re le fait que ces faux can­u­lars trompent le con­som­ma­teur, « ils pour­raient pos­er quelques prob­lèmes au regard de la régle­men­ta­tion encad­rant les jeux radiotélévisés »…

Voir aussi : NRJ : première radio de France

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo Vir­gin Radio via Youtube

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.

David Perrotin

PORTRAIT — David Per­rotin a réus­si, en quelques années, à se forg­er une répu­ta­tion de mil­i­tant de gauche doté d’une carte de presse. Il est vrai que l’orientation de ses arti­cles est sans ambiguïté, tous les dis­cours et toutes les thé­ma­tiques tra­di­tion­nelle­ment asso­ciées à la droite étant sys­té­ma­tique­ment discrédités.