Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nice-Matin, Var-Matin, Monaco-Matin dans les poches de Xavier Niel

22 février 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Nice-Matin, Var-Matin, Monaco-Matin dans les poches de Xavier Niel

Nice-Matin, Var-Matin, Monaco-Matin dans les poches de Xavier Niel

Après une position dominante dans l’actionnariat du groupe Le Monde, le propriétaire de Free et gendre de Bernard Arnault s’installe dans le Sud. Pour le plus grand plaisir de Christian Estrosi un LR très « macron compatible ».

Une valse à trois temps

Au pre­mier temps de la valse, Niel a repris les 34% de l’actionnaire belge Nethys qui voulait se désen­gager. Au deux­ième temps il rachète les 66% détenus par les 456 action­naires de la coopéra­tive (SCIC) Nice-Matin. Ces action­naires qui avaient investi env­i­ron un mil­lion d’euros (et du temps et de l’énergie) seront indem­nisés à hau­teur de cinq fois leur mise. Le troisième temps ver­ra l’installation du directeur général de la hold­ing de Niel comme PDG à la place de Jean-Marc Pas­tori­no ancien délégué CGT qui cède son fau­teuil. Le directeur des rédac­tions Denis Car­reaux reste à son poste, au moins dans un pre­mier temps.

Plans de départs et de développement

Il faut main­tenant sor­tir de la péri­ode de sauve­g­arde et présen­ter au tri­bunal de com­merce un plan de con­tin­u­a­tion. Celui-ci inclu­rait env­i­ron 80 départs « volon­taires » par­mi les non jour­nal­istes. Pour ces derniers la clause de ces­sion est ouverte et pour­rait entraîn­er le départ de 30 à 40 jour­nal­istes sur un effec­tif proche des deux cent.

Au total, reprise des actions, plus indem­nités de licen­ciement plus claus­es de ces­sion, plus reprise de la dette, plus investisse­ments tech­niques, Niel devrait débours­er autour de 50M€. Comme le jour­nal per­dait 5M€ en 2019 et sera en pertes en 2020, ce n’est pas l’appât du gain qui motive Xavier Niel. De mau­vais­es langues pour­raient dire qu’un groupe informel Niel/Arnault gen­dre/beau-père soit Le Monde/Le Parisien/Les Échos/Nice-Mat­in/­Var-Mat­in/­Mona­co-Mat­in/France Antilles plus quelques cama­rades du côté de Paris Nor­mandie voire de La Provence, pour­rait représen­ter une jolie puis­sance de feu pour 2022. Quand on aime on ne compte pas.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.