Accueil | Actualités | Médias | Mort d’Eliette Lemoîne, « madame Sud Ouest »
Pub­lié le 28 février 2013 | Éti­quettes :

Mort d’Eliette Lemoîne, « madame Sud Ouest »

À 97 ans, Eliette Lemoîne, présidente d'honneur du groupe Sud Ouest (GSO), est décédée dans sa propriété de La Réunion, dans le Lot-et-Garonne.

Mme Le Moine avait repris, en 1968, la tête du journal à la mort de son mari, Jacques Lemoîne, fondateur du titre en 1944. Elle avait, par la suite, confié la direction à l’historien Henri Amouroux (mort en 2007) avant de la céder à son fils, Jean-François, en 1991. Après avoir modernisé le journal, ce dernier fut victime d’un accident de la route qui le rendait tétraplégique. Eliette assurera à nouveau la direction du journal jusqu’à la mort de son fils, en 2001, à la suite d’une opération chirurgicale.

Pierre Jeantet prendra la relève en 2001. Eliette Lemoîne restait très impliquée dans Sud Ouest, qui traverse actuellement une crise profonde. Son capital est détenu à 80 % par sa famille. « Avec elle, c'est un peu l'âme de notre région qui s'en va. Et d'une certaine manière l'histoire d'un siècle, tant elle était indissociable de ce que fut Sud Ouest et de ce que fut Bordeaux », a commenté le journal.

Crédit photo : DR Taris Philippe via Le Figaro

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux