Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Attentat à la Préfecture de police de Paris : des médias français plus que frileux

7 octobre 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Attentat à la Préfecture de police de Paris : des médias français plus que frileux

Attentat à la Préfecture de police de Paris : des médias français plus que frileux

Jeudi 3 octobre, un employé de la Préfecture de Police de Paris a assassiné quatre personnes dans les locaux de son administration, 3 policiers et un agent administratif. Ce qui au début a été présenté tant par les médias de grand chemin que par le Ministre de l’intérieur comme un acte isolé est en passe de devenir un scandale d’État. Retour sur une nouvelle couverture médiatique bien laborieuse.

Un sourd aux « motivations mystérieuses »

Dès l’annonce du quadru­ple assas­si­nat de 4 fonc­tion­naires, le Min­istre de l’intérieur donne des expli­ca­tions embar­rassées au geste crim­inel de l’agent de la Pré­fec­ture de Police de Paris.

BFMTV relaie le 3 octo­bre les pro­pos du Min­istre : « Cet homme n’a jamais présen­té de dif­fi­cultés com­porte­men­tales ».

Le Huff­in­g­ton Post par­le le même jour (15h20) de « motifs indéter­minés ». L’assaillant « souf­frait d’un hand­i­cap de sur­dité » et « s’était con­ver­ti à l’islam il y a 18 mois ». Le site reprend les pro­pos du Min­istre de l’intérieur « Cet homme n’a jamais con­nu le moin­dre signe d’alerte » affirme-t-il dans l’après-midi de l’attentat. Le Télé­gramme évoque le 3 octo­bre (20h55) des « moti­va­tions mys­térieuses ».

Premières ruptures du consensus politiquement correct

Si les con­clu­sions d’une enquête ne peu­vent être tirées avant sa fin, un fais­ceau d’indices con­cor­dants a pour­tant amené, dès le 3 octo­bre, le Dai­ly Mail à évo­quer le con­texte islamique de l’attentat : l’assaillant est un con­ver­ti à l’islam, il refu­sait le con­tact avec les femmes. Le jour­nal anglais est bien seul à cette heure à faire le lien entre le mode opéra­toire util­isé, l’usage d’un couteau, avec celui fréquem­ment util­isé par « les ter­ror­istes affil­iés à l’État islamique et Al Qai­da ».

Le soir du 3 octo­bre, sur son fil Twit­ter, l’Incorrect annonce avoir eu accès au compte Face­book du tueur de la Pré­fec­ture. Le tweet reprend une vidéo mise en ligne sur le compte de l’assassin au cours de laque­lle un prédi­ca­teur insiste sur l’importance de mourir en musul­man. Le jour­nal com­mente : « La pre­mière phrase (qui y fait allu­sion NDLR) est lourde de sens ». Tou­jours le 3 octo­bre, Valeurs actuelles sous la sig­na­ture de Louis de Raguenel, souligne encore sur Twit­ter que le con­ver­ti à l’islam a eu accès à des doc­u­ments tels que enquêtes et notes con­fi­den­tielles du ser­vice de ren­seigne­ment.

Un employé modèle et sans histoires

En dépit de ces infor­ma­tions essen­tielles dès le jour de l’attentat, les médias de grand chemin con­tin­u­ent d’occulter les infor­ma­tions essen­tielles : le con­texte des meurtres, le mode opéra­toire et les enjeux en matière de sécu­rité intérieure liés au poste occupé par cet « employé mod­èle », pour repren­dre un terme util­isé par un syn­di­cal­iste polici­er repris sans réserve par C News avec l’AFP.

Pour France Info le 4 octo­bre (13h06), le tueur a des « moti­va­tions trou­bles ». « Cer­taines sources évo­quent même une crise de démence ». « De nom­breuses zones d’ombre sub­sis­tent » selon la radio publique. Dans la presse écrite, on fait assaut de pré­cau­tions le lende­main de l’attentat :

Selon Sud-Ouest, « la thèse de l’attentat, que cer­tains au Rassem­ble­ment nation­al ont aus­sitôt répan­due, a, dans un pre­mier temps été évac­uée ». Sous-enten­du, venant du RN, ça ne peut être que faux.

Les fins lim­iers de l’AFP ont inter­rogé une voi­sine du meur­tri­er, « quelqu’un de très calme qui allait à la mosquée mais avait une pra­tique nor­male ». Mau­vaise pioche, selon d’autres sources, un voisin aurait enten­du l’agent admin­is­tratif la veille de l’attentat crier à son domi­cile « Allah Akbar »….

Corse matin titre sur une « attaque inédite » à la Pré­fec­ture de Police de Paris. « Les enquê­teurs évo­quent toutes les pistes, dont celle du con­flit per­son­nel, évo­quent des sources con­cor­dantes ». Par­ler de la piste ter­ror­iste serait-il incon­gru ?

Employé modèle ou islamiste infiltré ?

On l’aura com­pris, à ce stade des infor­ma­tions acces­si­bles, entre des « sources con­cor­dantes » qui visent à met­tre en avant un coup de folie et un fais­ceau d’indices (mode opéra­toire, reli­gion, com­porte­ment) accrédi­tant la thèse de l’attentat ter­ror­iste, de nom­breux médias ont écarté d’emblée cette deux­ième pos­si­bil­ité.

Dans l’après-midi du 4 octo­bre, plusieurs révéla­tions vien­dront accréditer la moti­va­tion islamiste du quadru­ple meur­tri­er. La sai­sine du Par­quet nation­al antiter­ror­iste donne le sig­nal aux médias de grand chemin pour men­tion­ner la « piste ter­ror­iste ». Ils se sen­tiront désor­mais autorisés à creuser cette piste.

Libéra­tion par­le le soir du 4 octo­bre de « la piste ter­ror­iste ». L’enjeu d’avoir employé au sein d’un ser­vice de sécu­rité un islamiste est enfin évo­qué.

Pra­tique­ment en même temps, Le Parisien évoque « de nom­breux indices de rad­i­cal­i­sa­tion ». « Un dji­hadiste en puis­sance était donc employé dans l’un des prin­ci­paux ser­vices de ren­seigne­ment français, en pointe dans la lutte con­tre l’islam rad­i­cal ». Ça va mieux en le dis­ant enfin.  « Il dis­po­sait d’une habil­i­ta­tion secret défense ». « Le com­porte­ment de cet agent admin­is­tratif avait attiré plusieurs fois l’attention ». Notam­ment quand il avait affir­mé après l’attentat de Char­lie heb­do : « c’est bien fait ».

D’autres infor­ma­tions essen­tielles au sujet de l’agresseur émer­gent enfin :

Il aurait proféré « Allah Akbar » à son domi­cile la nuit précé­dant son geste. France Info avait préféré par­ler des « pro­pos inco­hérents », pour repren­dre les ter­mes employés par l’épouse du meur­tri­er…

Il fréquenterait selon l’Observatoire de l’islamisation une mosquée salafiste à Gonesse.

Conspiration du silence cédant sous le réel

Que nous révèle cette affaire ? Les médias français de grand chemin ont été par­ti­c­ulière­ment longs à tir­er les con­clu­sions d’un fais­ceau d’indices con­cor­dant vers une moti­va­tion islamiste de l’assaillant. Sans céder aux théories com­plo­tistes, ces retards à l’allumage, sans doute motivés par la peur de tir­er des con­clu­sions hâtives, le refus de stig­ma­tis­er et la peur des asso­ci­a­tions com­mu­nau­taristes, s’ajoutent à une autre con­spir­a­tion du silence. Reprenant des infor­ma­tions du Parisien, Actu17 nous informe en effet que « plusieurs fonc­tion­naires affec­tés à la DRPP (Direc­tion du ren­seigne­ment de la Pré­fec­ture de Paris) affir­ment avoir reçu des pres­sions afin qu’ils ne révè­lent rien des alertes passées sur le com­porte­ment de Mick­ael  (l’auteur de l’attentat NDLR ).

Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre

Une con­spir­a­tion du silence qui a peut-être per­mis à un islamiste d’accéder aux infor­ma­tions les plus sen­si­bles en matière de sécu­rité intérieure. Si comme l’affirmait le Min­istre de l’intérieur après l’attentat, « cet homme n’a jamais con­nu le moin­dre signe d’alerte », ce ne serait donc pas parce que ces alertes n’ont pas été faites, mais parce qu’on n’a pas voulu les enten­dre et parce que l’on les a (sci­em­ment ?) écartées. Qua­tre morts, des infor­ma­tions con­fi­den­tielles affec­tant la sécu­rité du pays qui ont peut-être fuité, les médias imposeront ils – enfin — un débat à ce sujet à la hau­teur des enjeux ? A suiv­re….

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.