Accueil | Actualités | Médias | Mort de Maurice Nadeau fondateur de la Quinzaine Littéraire
Pub­lié le 17 juin 2013 | Éti­quettes : , ,

Mort de Maurice Nadeau fondateur de la Quinzaine Littéraire

Maurice Nadeau vient de mourir à 102 ans, dimanche 16 juin, après une vie consacrée à la défense de la littérature.

Fondateur et animateur de la Quinzaine Littéraire en 1966, Nadeau a révélé d’innombrables talents : Malcolm Lowry, Roland Barthes, Witold Gombrowicz, Henry Miller, Samuel Beckett, Varlam Chalamov, Georges Perec, etc. puis plus récemment Michel Houellebecq, dont il a édité le premier roman, Extension du domaine de la lutte, en 1994.

Militant trotskyste dans sa jeunesse, Maurice Nadeau était passé par Combat, France-Observateur et L’Express avant de travailler dans l’édition (Julliard et Denoël) où il avait fini par créer sa propre maison. Il était également l’auteur d’une Histoire du surréalisme (1948) et d’une Anthologie de la poésie française (1972). Amoureux de la littérature, l’homme n’était pas un gestionnaire mais un pisteur. La Quinzaine survivra-t-elle à son fondateur ? Tel est en tout cas le vœu de son fils, Gilles Nadeau, qui entend à présent lui trouver un successeur.

Mais la revue littéraire est en effet en grande difficulté financière. Il y a un mois, Maurice Nadeau avait proposé de créer une société participative afin que les amoureux de la littérature puissent devenir actionnaires de la Quinzaine. La rédaction s’est fixée un objectif de 80 000 € pour sauver la revue. Pour participer il suffit de se rendre sur le site du journal : www.quinzaine-litteraire.presse.fr

Crédit photo : montage Ojim (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This