Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Mort de Maurice Nadeau fondateur de la Quinzaine Littéraire

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

17 juin 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Mort de Maurice Nadeau fondateur de la Quinzaine Littéraire

Mort de Maurice Nadeau fondateur de la Quinzaine Littéraire

Temps de lecture : 2 minutes

Maurice Nadeau vient de mourir à 102 ans, dimanche 16 juin, après une vie consacrée à la défense de la littérature.

Fon­da­teur et ani­ma­teur de la Quin­zaine Lit­téraire en 1966, Nadeau a révélé d’innombrables tal­ents : Mal­colm Lowry, Roland Barthes, Witold Gom­brow­icz, Hen­ry Miller, Samuel Beck­ett, Var­lam Cha­la­m­ov, Georges Perec, etc. puis plus récem­ment Michel Houelle­becq, dont il a édité le pre­mier roman, Exten­sion du domaine de la lutte, en 1994.

Mil­i­tant trot­skyste dans sa jeunesse, Mau­rice Nadeau était passé par Com­bat, France-Obser­va­teur et L’Express avant de tra­vailler dans l’édition (Jul­liard et Denoël) où il avait fini par créer sa pro­pre mai­son. Il était égale­ment l’auteur d’une His­toire du sur­réal­isme (1948) et d’une Antholo­gie de la poésie française (1972). Amoureux de la lit­téra­ture, l’homme n’était pas un ges­tion­naire mais un pis­teur. La Quin­zaine sur­vivra-t-elle à son fon­da­teur ? Tel est en tout cas le vœu de son fils, Gilles Nadeau, qui entend à présent lui trou­ver un successeur.

Mais la revue lit­téraire est en effet en grande dif­fi­culté finan­cière. Il y a un mois, Mau­rice Nadeau avait pro­posé de créer une société par­tic­i­pa­tive afin que les amoureux de la lit­téra­ture puis­sent devenir action­naires de la Quin­zaine. La rédac­tion s’est fixée un objec­tif de 80 000 € pour sauver la revue. Pour par­ticiper il suf­fit de se ren­dre sur le site du jour­nal : www.quinzaine-litteraire.presse.fr

Crédit pho­to : mon­tage Ojim (cc)