Accueil | Actualités | Médias | Monétisation : Libé en plein questionnement
Pub­lié le 22 septembre 2013 | Éti­quettes : , ,

Monétisation : Libé en plein questionnement

Dans un entretien à Télérama, Fabrice Rousselot, directeur de la rédaction de Libération, est revenu sur la situation du journal et sur les projets en cours.

Pour commencer, ce dernier a parlé de la refonte du site de Libé, un site qui se veut « plus identitaire » avec plus de contenus exclusifs, de rendez-vous et moins de dépêches d’agence. Le but : « d’abord identifier le contenu monétisable » avant de songer à un modèle « paywall » (seuil de consultation d’articles gratuits).

Pour Fabrice Rousselot, « le modèle économique se dessine petit à petit, et des titres comme le New York Times ou le Washington Post commencent à gagner de l’argent en ligne ». Car la situation du journal papier n’est guère reluisante avec des ventes en chute libre ces derniers mois.

Mais « même si on n’a pas les moyens de nos concurrents, on a des idées », rappelle-t-il, voyant dans le « quotidien-magazine » de Libé, lancé le 14 septembre un espoir de renouvellement de l’offre.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This