Accueil | Actualités | Médias | Minute, Rivarol et Présent en difficulté financière ?
Pub­lié le 9 octobre 2014 | Éti­quettes : , , ,

Minute, Rivarol et Présent en difficulté financière ?

Dans un récent papier, Le Monde revient sur une situation paradoxale : « L’extrême droite ne s’est jamais aussi bien portée électoralement mais sa presse, elle, est au bord de la faillite. »

En effet, les hebdomadaires Minute, Rivarol et le quotidien Présent, tous trois assimilés à la presse d'« extrême-droite », sont en mauvaise posture. « Menacés de disparaître », selon Le Monde, qui prend cependant peut-être ses désirs pour des réalités. Et le quotidien du soir de s'étonner qu'« aucun de ces titres historiques n’a su tirer profit de la bonne santé électorale du Front national – qui s’en tient éloigné – ni des succès de la mobilisation de La Manif pour tous ».

En cause, internet qui apporte son grain de sel pour enrayer la machine. « La plupart des jeunes militants, qui sont très présents dans La Manif pour tous par exemple, s’informent sur le Net et pas sur le support papier »,.

La situation de Minute et Rivarol est assez différente de celle du quotidien catholique traditionaliste Présent. Les deux premiers sont fermement opposés à Marine Le Pen et au FN nouvelle formule … qui le leur rend bien. Présent accueille volontiers les dirigeants du FN dans ses colonnes et une nouvelle direction semble avoir relancé le titre avec un certain succès. Le Front National de Marine Le Pen tend à adopter une ligne moins radicale et plus policée, alors que les deux hebdomadaires ont maintenu un ton plus direct et provocateur

Ce qui est certain, c’est que l’acharnement judiciaire que subit actuellement Minute n’est pas fait pour arranger la situation financière de l’hebdomadaire politiquement incorrect…

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This