Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Médias : Le Nouvel Obs veut se renouveler

13 septembre 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Médias : Le Nouvel Obs veut se renouveler

Médias : Le Nouvel Obs veut se renouveler

Pour la rentrée, Le Nouvel Observateur a décidé de revoir sa formule. Emboîtant le pas à la tendance des news-magazines, l’hebdomadaire a choisi, outre la présentation qui a été changée, de consacrer une plus large part aux articles de fond, dossiers et enquêtes.

Avec une dif­fu­sion sta­ble de 503 371 exem­plaires, Le Nou­v­el Obs demeure numéro 1 des mag­a­zines en France, devant L’Express et Le Point. Cepen­dant, l’augmentation du prix – qui va pass­er de 3,50 à 3,80 euros – le pousse à se renou­vel­er.

Le tout sur un ton « opti­miste ». « On n’est pas un jour­nal protes­tataire. On cherche des solu­tions aux dif­fi­cultés sociales. On veut pren­dre le bon côté des choses », a déclaré Lau­rent Jof­frin, directeur de la rédac­tion. Car le fon­da­teur du titre, Claude Per­driel, l’assure lui-même : « Nos comptes sont mau­vais. »

En effet en 2012, le groupe a subi une perte nette de 4,8 mil­lions d’eu­ros pour un chiffre d’af­faires de 96,9 mil­lions. En marge, Rue89, son investisse­ment numérique, perd tou­jours de l’argent. Mais Nathalie Collin, DG du groupe, ne tient pour­tant pas le même dis­cours : « Tous nos jour­naux papi­er sont prof­ita­bles. Le papi­er finance le numérique, très large­ment. »

Reste à savoir com­ment le jour­nal va sup­port­er l’augmentation des tar­ifs postaux, qui passent de 7 % à 12 % par an. Pour Claude Per­driel, c’est sim­ple : cela sig­ni­fierait « pra­tique­ment la mort de la presse. »

Crédit pho­to : logo Nou­v­el Obs / mon­tage Ojim (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision