Accueil | Actualités | Médias | Médias : Le Nouvel Obs veut se renouveler
Pub­lié le 13 septembre 2013 | Éti­quettes : , , , ,

Médias : Le Nouvel Obs veut se renouveler

Pour la rentrée, Le Nouvel Observateur a décidé de revoir sa formule. Emboîtant le pas à la tendance des news-magazines, l’hebdomadaire a choisi, outre la présentation qui a été changée, de consacrer une plus large part aux articles de fond, dossiers et enquêtes.

Avec une diffusion stable de 503 371 exemplaires, Le Nouvel Obs demeure numéro 1 des magazines en France, devant L’Express et Le Point. Cependant, l’augmentation du prix – qui va passer de 3,50 à 3,80 euros – le pousse à se renouveler.

Le tout sur un ton « optimiste ». « On n'est pas un journal protestataire. On cherche des solutions aux difficultés sociales. On veut prendre le bon côté des choses », a déclaré Laurent Joffrin, directeur de la rédaction. Car le fondateur du titre, Claude Perdriel, l’assure lui-même : « Nos comptes sont mauvais. »

En effet en 2012, le groupe a subi une perte nette de 4,8 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 96,9 millions. En marge, Rue89, son investissement numérique, perd toujours de l’argent. Mais Nathalie Collin, DG du groupe, ne tient pourtant pas le même discours : « Tous nos journaux papier sont profitables. Le papier finance le numérique, très largement. »

Reste à savoir comment le journal va supporter l’augmentation des tarifs postaux, qui passent de 7 % à 12 % par an. Pour Claude Perdriel, c’est simple : cela signifierait « pratiquement la mort de la presse. »

Crédit photo : logo Nouvel Obs / montage Ojim (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This