Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Mediapart chasse les fraudeurs tout en fraudant le fisc

19 décembre 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Mediapart chasse les fraudeurs tout en fraudant le fisc

Mediapart chasse les fraudeurs tout en fraudant le fisc

Le site d’information en ligne Mediapart a reçu, ce mardi 17 décembre, un avis de contrôle fiscal à propos de son taux de TVA.

Le média en ligne dirigé par Edwy Plenel s’applique en effet, et ce en toute illé­gal­ité, un taux dit « super-réduit » de 2,1 % de TVA. Ce taux est, nor­male­ment, réservé exclu­sive­ment à la presse papi­er. Une sorte d’aide publique à la source. En tant que « pure play­er », c’est-à-dire média basé unique­ment sur inter­net, Medi­a­part n’a pas à s’appliquer ce taux et devrait pay­er 19,6 % de TVA, ce qu’il ne fait pas.

C’est donc par voix d’huissier, fait rare, que Medi­a­part a reçu ce mar­di 17 décem­bre un avis de con­trôle fis­cal. Le 16 décem­bre, c’est Indi­go Pub­li­ca­tions qui édite notam­ment La Let­tre A et Presse News, qui avait reçu la vis­ite d’un huissier. Une mésaven­ture déjà vécue par les sites Arrêt sur images et Ter­ra Eco, tou­jours en con­tentieux, ou encore par Dijon­scope, qui a dû fer­mer.

Dans une tri­bune pub­liée le jour-même, Edwy Plenel fustige une « attaque illégitime et dis­crim­i­na­toire ». « Bercy voudrait-il se venger à froid d’une presse trop indépen­dante ? », s’interroge-t-il en faisant référence à l’affaire Cahuzac. Ce dernier estime que la presse n’est « pas réductible à un sup­port unique » et qu’« avec cette let­tre de cachet fis­cale, aus­si injuste qu’arbitraire, l’État se révèle incom­pé­tent, aveu­gle et par­ti­san ».

Et le fon­da­teur de Medi­a­part de se jus­ti­fi­er par moult expli­ca­tions, cita­tions de poli­tiques, doc­u­ments, textes, rap­ports, etc. Il n’en demeure pas moins que le droit n’est pas d’accord et place Plenel dans l’illégalité. Qu’importe, celui-ci estime que « (sa) déci­sion d’appliquer la TVA à 2,1 % s’appuyait sur un con­sen­sus général, tant pro­fes­sion­nel que poli­tique ». Et de s’appuyer sur une déci­sion du Spi­il (Syn­di­cat de la presse indépen­dante d’information en ligne, dont Medi­a­part est co-fon­da­teur), qui avait invité ses mem­bres à s’appliquer eux-mêmes ce taux super-réduit pour faire pres­sion sur les pou­voirs publics, pour légitimer son action.

« C’est la France qui, aujourd’hui, est déjà en faute par rap­port au droit européen », ajoute encore Edwy Plenel. Le jour­nal­iste a beau tor­dre l’affaire dans tous les sens, trou­ver mille jus­ti­fi­ca­tions, le droit reste le droit. Et le droit, que l’on soit d’accord ou non, dit que Medi­a­part doit pay­er 19,6 % de TVA. Que deviendrait la société si cha­cun créait son pro­pre droit et se l’appliquait, puis se jus­ti­fi­ait en s’auto-légitimant ? Après tout, Jérôme Cahuzac n’au­rait-il pas pu, lui aus­si, jus­ti­fi­er son exil fis­cal en s’in­surgeant, comme beau­coup, con­tre les taux d’im­po­si­tion trop élevés ? À l’époque, Medi­a­part aurait-il trou­vé cette jus­ti­fi­ca­tion recev­able ? Il est per­mis d’en douter.

Mais le plus para­dox­al dans cette his­toire, c’est que Medi­a­part, avec l’affaire Cahuzac juste­ment, s’est fait depuis quelques années le parangon… de la lutte con­tre l’exil et la fraude fis­cale ! Quelle n’était pas la fougue du jour­nal en ligne, sous les plumes de Fab­rice Arfi et d’Edwy Plenel, à l’encontre des fraudeurs, ceux qui se dédoua­naient de sol­i­dar­ité nationale ! Très favor­able à l’impôt et à la redis­tri­b­u­tion, Medi­a­part ne sem­ble pas s’appliquer à lui-même les principes qu’il défend avec tant d’ardeur…

Lire aussi notre portrait d’Edwy Plenel

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision