Accueil | Actualités | Médias | Marianne peut-il vivre sans Jean-François Kahn ?
Pub­lié le 5 octobre 2013 | Éti­quettes : , , , ,

Marianne peut-il vivre sans Jean-François Kahn ?

On se souvient qu'au mois de mai dernier, l'hebdomadaire Marianne avait recruté son ancien patron.

À l'époque, ce dernier tentait de relativiser sa proximité avec son ancien journal : « j’ai une société de conseil, République communication, qui travaille avec une trentaine de journaux, y compris avec Marianne. Voyant l’évolution négative de la presse écrite, j’ai rédigé un rapport sur la nécessité de changer totalement le format des hebdomadaires. L’équipe de Marianne m’a donc demandé de venir leur expliquer ce projet » expliquait-il au Huffington Post.

« Expliquer ce projet » ? Vraiment ? Pour Télérama, pendant trois mois, Jean-François Kahn a eu « les pleins pouvoirs ». « Il a rendu la une plus agressive, réinjecté de la polémique dans les articles, viré les chroniqueurs, qui alourdissaient, selon lui le journal, déboulonné les services ».

Malgré cela, « la nouvelle formule n'a pas bouleversé les lecteurs » : 90 000 ventes, en moyenne, par numéro, au début de l'été, 80 000 en septembre. « Les recettes d'antan du directeur des Nouvelles littéraires et fondateur de L'évènement du jeudi ne font plus miracle », continue Télérama.

Quoiqu'il en soit, et malgré ce bilan « mitigé », la longue histoire entre Marianne et JFK va se prolonger. C'est un mail de Maurice Szafran, PDG du journal, qui l'annonce : Kahn « pendant quelques temps, accompagnera notre projet éditorial ». Il sera secondé par Joseph Macé-Scaron.

Visiblement, Marianne ne peut définitivement pas vivre sans Jean-François Kahn !

Source : Télérama - crédit photo : capture d'écran vidéo Librairie Mollat via Youtube

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This