Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Manipulation par l’image, quand Le Monde s’y met

5 mars 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Manipulation par l’image, quand Le Monde s’y met

Manipulation par l’image, quand Le Monde s’y met

La manipulation par l’image est vieille comme l’invention de la photographie. La plus classique est celle de la recomposition de l’image elle-même. Au fur et à mesure des purges staliniennes, les anciennes photos des opposants éliminés étaient recomposées, les disparus étant effacés de la photographie. Autre procédé : prendre une photo ancienne avec deux protagonistes fâchés entre temps pour induire un rapprochement contemporain avec une information potentiellement gênante. C’est ce qu’a fait Le Monde dans son édition électronique du 25 février 2019 en ressortant une vieille photo de 2014.

Exposé des faits

Le titre est factuel « Un eurodéputé ex FN emploie la fille du porte-parole de Pou­tine ». Aymer­ic Chauprade est bien un eurodéputé ex FN et il emploie bien comme assis­tant par­lemen­taire une cer­taine Eliza­ve­ta Pesko­va, fille de Dmitri Peskov qui serait un des porte-parole du Krem­lin. Émoi dans les chau­mières, le méchant loup Pou­tine va avoir accès aux travaux secrets du Par­lement Européen. Il sem­blerait dou­teux que la jeune (21 ans) Eliza­ve­ta puisse accéder à des doc­u­ments con­fi­den­tiels, d’autant que son député réputé folk­lorique est forte­ment mar­gin­al­isé au Par­lement Européen. Il serait intéres­sant de savoir si cer­tains assis­tants par­lemen­taires ou assim­ilés n’ont pas été dans le passé ou seraient encore des par­ents de dig­ni­taires améri­cains pour juger d’une pos­si­ble réac­tion à cet égard, mais là n’est pas notre sujet.

Manipulation par l’image par effet de contagion

Il est pos­si­ble que les auteurs de l’article, Jean-Bap­tiste Chas­tard et Lucie Soul­li­er n’aient pas choi­sis eux-mêmes la pho­to qui illus­tre leur papi­er. Mais un rédac­teur plus haut placé ou un secré­taire de rédac­tion autorisé l’a alors choisie. Que dit cette pho­to ? Elle représente Marine Le Pen et l’eurodéputé Aymer­ic Chauprade côte à côte en 2014. Une image est tou­jours plus prég­nante qu’un texte. Ce que sug­gèrent le titre suivi de l’image ce sont des prox­im­ités suc­ces­sives : Poutine/ Russie/Chauprade/Marine Le Pen. Ou encore Fig­ure du diable/Pays du diable/Individu employ­ant un envoyé du diable/Personnalité adja­cente à des fig­ures dia­boliques. Certes le texte pré­cise que le dénom­mé Aymer­ic Chauprade a quit­té le FN en 2015 à la suite de facéties démon­trant son ama­teurisme. Le texte pré­cise aus­si que Chauprade est témoin à charge dans l’affaire des assis­tants par­lemen­taires du groupe FN. Mais l’important n’est pas dans le texte. Il est dans ce que sug­gère l’image : regardez, encore une fois, Marine Le Pen et son mou­ve­ment trem­pent dans une affaire un peu louche où Pou­tine et la Russie sont à la manœu­vre. Cha­cun jugera de l’honnêteté du procédé.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.