Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
<span class="dquo">“</span>Manifestants” vs. “Manifestants d’extrême droite” : quand FranceInfo fait l’autruche

27 juin 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | “Manifestants” vs. “Manifestants d’extrême droite” : quand FranceInfo fait l’autruche

Manifestants” vs. “Manifestants d’extrême droite” : quand FranceInfo fait l’autruche

Après CNews qui a fait la sourde oreille sur l’origine politique des “militants” antifas ayant attaqué le convoi de Marine Le Pen, c’est France Info qui se met à la langue de bois. Dans un article, on apprend que des militants d’extrême gauche manifestant pour “déboulonner” une statue lilloise, samedi 20 juin, ont fait face à des militants d’extrême droite. Mais seule la couleur politique de ces derniers a semblé intéresser le média.

À gauche : de simples “manifestants”. À droite, des “militants d’extrême droite”

Fran­ce­In­fo évoque la présence de “200 per­son­nes qui man­i­fes­tent” con­tre la stat­ue de Louis Léon César Faid­herbe (ancien admin­is­tra­teur colo­nial du Séné­gal), comme cela est devenu la mode, des États-Unis à l’Europe. On y apprend seule­ment qu’ils sont là à l’appel d’une énig­ma­tique asso­ci­a­tion dénom­mée “Survie Nord”.

Entre la stat­ue et eux, sont venus s’interposer des “mil­i­tants d’ex­trême droite”, dont Fran­ce­In­fo ne se prive pas de citer les hor­ri­bles slo­gans, comme “On est chez nous”. Mais pourquoi tant de ten­sions entre les deux camps si ce ne sont que des “man­i­fes­tants” ? Il faut atten­dre la fin de l’article pour avoir une petite idée…

Survie, une association d’extrême gauche et “anticolonialiste”

Après avoir racon­té les faits et insisté sur la présence de “l’ex­trême droite”, on apprend finale­ment que les sim­ples “man­i­fes­tants” du début, sont des “mil­i­tants anti­colo­nial­istes”. C’est-à-dire, des défenseurs de la fameuse pen­sée décolo­niale obsédée par la coloni­sa­tion et la “race blanche priv­ilégiée”, qui ren­con­tre un franc suc­cès dans les milieux d’ex­trême gauche.

Un tour sur le site de l’association Survie suf­fit à con­firmer les choses. On y apprend que c’est “une asso­ci­a­tion loi 1901 créée en 1984 qui dénonce toutes les formes d’intervention néo­colo­niale française en Afrique et milite pour une refonte réelle de la poli­tique étrangère de la France en Afrique”. Voilà donc qui éclaircit la sit­u­a­tion, l’ex­trême gauche qui pense que la coloni­sa­tion française existe encore, man­i­feste con­tre une stat­ue qui jusque la, ne gênait personne.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.