Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Maïtena Biraben refuse de donner son salaire à Bayrou

17 octobre 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Maïtena Biraben refuse de donner son salaire à Bayrou

Maïtena Biraben refuse de donner son salaire à Bayrou

Dimanche dernier, François Bayrou était l’invité de Maïtena Biraben dans le « Supplément sur Canal+.

L’homme poli­tique s’est vu inter­rogé sur la retraite qu’il perçoit en tant qu’ancien député. Après avoir évo­qué le chiffre « assez impor­tant » de 7 000 euros par mois, le prési­dent du Modem a, à son tour, inter­rogé la jour­nal­iste : « Et main­tenant, vous allez me dire, vous, com­bi­en vous gag­nez. » Refu­sant d’y répon­dre, celle-ci a rétorqué : « Mais, je ne pra­tique pas la trans­parence comme vous. Nous n’avons pas les mêmes devoirs quand on est en charge d’un suf­frage universel. »

Et Mme Biraben d’ajouter : « Vous vous présen­tez devant le suf­frage des Français. Il me sem­ble légitime que je puisse vous pos­er des ques­tions que vous ne pou­vez pas for­cé­ment me retourn­er. » François Bay­rou a alors répon­du « que cette exi­gence de trans­parence d’un côté, et d’opac­ité de l’autre, ne cor­re­spond pas à la moder­nité dont on se réclame vous et moi ».

Sur son blog L’Express, Renaud Rev­el a estimé que « la dés­in­vol­ture d’un Bay­rou, con­sid­érant que son mode de rémunéra­tion vaut celui d’un jour­nal­iste ou de n’importe quel autre salarié d’une entre­prise privée ou publique, est assez sidérante. Et elle en dit long sur le rap­port qu’entretient une par­tie de la classe poli­tique avec l’argent du con­tribuable. » « Le suf­frage du téléspec­ta­teur n’est pas celui du citoyen », a‑t-il ajouté.

Un épisode qui rap­pelle l’envolée de Nico­las Dupont-Aig­nan au « Grand Jour­nal » en avril 2012. Le prési­dent de Debout la République avait alors posé la même ques­tion à Michel Denisot, esti­mant qu’il s’en met­tait « plein les poches ». « Je sais pourquoi les Français ne lisent plus les jour­naux : ils vont sur Inter­net, parce que tous ces édi­to­ri­al­istes de bazar qui pon­dent tou­jours les mêmes arti­cles, qui sont telle­ment coupés des réal­ités, qui gag­nent un argent fou, ils croient con­naître les Français mais ils ne (les) con­nais­sent pas et on va s’en débar­rass­er un jour », avait-il lancé.

Crédit pho­to : alibaba0 via Flickr (cc)

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.