Accueil | Actualités | Médias | Maïtena Biraben refuse de donner son salaire à Bayrou
Pub­lié le 17 octobre 2013 | Éti­quettes : , , , , ,

Maïtena Biraben refuse de donner son salaire à Bayrou

Dimanche dernier, François Bayrou était l’invité de Maïtena Biraben dans le « Supplément sur Canal+.

L’homme politique s’est vu interrogé sur la retraite qu’il perçoit en tant qu’ancien député. Après avoir évoqué le chiffre « assez important » de 7 000 euros par mois, le président du Modem a, à son tour, interrogé la journaliste : « Et maintenant, vous allez me dire, vous, combien vous gagnez. » Refusant d’y répondre, celle-ci a rétorqué : « Mais, je ne pratique pas la transparence comme vous. Nous n’avons pas les mêmes devoirs quand on est en charge d’un suffrage universel. »

Et Mme Biraben d’ajouter : « Vous vous présentez devant le suffrage des Français. Il me semble légitime que je puisse vous poser des questions que vous ne pouvez pas forcément me retourner. » François Bayrou a alors répondu « que cette exigence de transparence d'un côté, et d'opacité de l'autre, ne correspond pas à la modernité dont on se réclame vous et moi ».

Sur son blog L’Express, Renaud Revel a estimé que « la désinvolture d’un Bayrou, considérant que son mode de rémunération vaut celui d’un journaliste ou de n’importe quel autre salarié d’une entreprise privée ou publique, est assez sidérante. Et elle en dit long sur le rapport qu’entretient une partie de la classe politique avec l’argent du contribuable. » « Le suffrage du téléspectateur n’est pas celui du citoyen », a-t-il ajouté.

Un épisode qui rappelle l’envolée de Nicolas Dupont-Aignan au « Grand Journal » en avril 2012. Le président de Debout la République avait alors posé la même question à Michel Denisot, estimant qu’il s’en mettait « plein les poches ». « Je sais pourquoi les Français ne lisent plus les journaux : ils vont sur Internet, parce que tous ces éditorialistes de bazar qui pondent toujours les mêmes articles, qui sont tellement coupés des réalités, qui gagnent un argent fou, ils croient connaître les Français mais ils ne (les) connaissent pas et on va s'en débarrasser un jour », avait-il lancé.

Crédit photo : alibaba0 via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

39% récolté
Nous avons récolté 782€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store