Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | MadmoiZelle racheté par Humanoid
MadmoiZelle racheté par Humanoid

30 août 2020

Temps de lecture : 4 minutes

Accueil | Veille médias | MadmoiZelle racheté par Humanoid

MadmoiZelle racheté par Humanoid

MadmoiZelle racheté par Humanoid

Un petit pas en avant pour le féminisme, un grand pas pour le politiquement correct.

Le 16 juillet 2020, le groupe Humanoid a annoncé le rachat du webzine MademoiZelle. Le webzine, fondé en 2005 par Fabrice Florent, est d’après l’étude Net Observer-Harris Interactive le cinquième site féminin préféré des Français dans la catégorie « Féminins ». Il dispose donc d’une influence certaine auprès des jeunes filles françaises.

Le site, conçu à des­ti­na­tion de la tranche d’âge 18–30 ans, répond aux préoc­cu­pa­tions et aux inter­ro­ga­tions exis­ten­tielles de la jeunesse mod­erne : Insta­gram, Tik Tok, har­cèle­ment de rue, Polan­s­ki, ten­dances beauté et mode… le tout parsemé de poli­tique fémin­iste mil­i­tante et de philoso­phie poli­tique­ment cor­rect de comp­toir. Les titres racoleurs, les sujets super­fi­ciels ou encore le reg­istre de langue volon­taire­ment fam­i­li­er don­nent un ton de con­fi­dences entre copines au webzine. À sa créa­tion, Fab­rice Flo­rent annonçait « on fait un site sans pren­dre nos lec­tri­ces pour des idiotes » ; il souhaitait adjoin­dre aux caté­gories incon­tourn­ables du genre – beauté, actu peo­ple, san­té, sexe – des arti­cles dédiés à la cul­ture pop, au ciné­ma, à la lit­téra­ture, à la high-tech. Pas sûr que cela ait suf­fit à rem­plir les objec­tifs du fondateur…

Féminisme et auto-bronzant

La revue, comme tous les autres avatars du genre, s’applique avec brio à un grand écart quo­ti­di­en entre fémin­isme mil­i­tant et pon­cifs beauté et sexe des mag­a­zines féminins : les arti­cles sur les meilleurs auto­bron­zants de l’été 2020 ou sur la mode du moment joux­tent sans com­plex­es les arti­cles de vul­gar­i­sa­tion des con­cepts fémin­istes en vogue. Les jeunes lec­tri­ces sont ain­si invitées par le site à s’informer sur le « slut-sham­ing », la « cul­ture du viol », le « mansplain­ing », ou encore le mou­ve­ment « body pos­i­tive ». Le webzine a même ouvert dans son espace privé réservé aux abon­nées au forum une fresque d’images de seins, la Seinte Fresque, des­tinée à aider les jeunes filles à accepter leur corps. Une ini­tia­tive qui a mal tourné lorsque cer­taines de ces pho­tos ont été volées et repub­liées ailleurs sur la toile.

Patriarcat pas mort

Il est finale­ment arrivé à Mad­moiZelle la même mésaven­ture qu’au féminin Causette : ces ardents défenseurs de l’égalité salar­i­ale homme femme se sont avér­er abrit­er en leur sein les pires représen­tants du patri­ar­cat. En sep­tem­bre 2016, les témoignages d’anciennes salariées du webzine se mul­ti­plient pour dénon­cer har­cèle­ment au tra­vail, abus de pou­voir, licen­ciements dis­crim­i­nants ou encore pré­cari­sa­tion des con­tributri­ces. Les témoignages avaient été pub­liés via un compte Tweet­er, @SaferBlueBird, accom­pa­g­nés du hash­tag #bad­moizelle.

Le fon­da­teur du média, Fab­rice Flo­rent a égale­ment lancé Rock­ie, un nou­veau webzine dont le for­mat et le style sont calqués sur ceux de Mad­moiZelle, mais avec un pub­lic cible plus âgé. Le site lui-même se décrit comme s’adressant aux anci­ennes lec­tri­ces de Mad­moiZelle : « Si tu as gran­di avec mad­moiZelle, et que tu affrontes désor­mais la vraie vie des adultes, alors Rock­ie devrait te plaire ». Le média dis­pose lui aus­si de sa com­mu­nauté, les « Rock­ies », qui con­tribuent occa­sion­nelle­ment aux articles.

Fab­rice Flo­rent, quant à lui, sem­ble avoir petit à petit pris ses dis­tances avec ses deux créa­tions pour se lancer dans le pod­cast avec de nou­veaux sujets de prédilec­tion, par­mi lesquels sa pater­nité. L’entrepreneur dis­pose de son pro­pre site, dont cer­tains arti­cles sont d’ailleurs repostés sur Mad­moiZelle et Rockie.

Ce sont donc ces deux webzines qu’achète le groupe Humanoid, déjà pro­prié­taire de Fran­droid – média spé­cial­iste du numérique et des nou­velles tech­nolo­gies, Numera­ma – spé­cial­isé dans l’innovation tech­nologique et sci­en­tifique, et Humanoid xp – agence de créa­tion de con­tenu au ser­vice des mar­ques. L’achat représente une impor­tante diver­si­fi­ca­tion pour le groupe fondé par Ulrich Rozi­er et Bap­tiste Michaud, à l’origine spé­cial­isé dans le numérique et la tech­nolo­gie et qui ne dis­pose d’aucune exper­tise dans le domaine de la presse féminine.

Écriture inclusive et conformisme

Le groupe annonce pour­tant son objec­tif de faire de Mad­moiZelle « le média féminin web de référence pour les jeunes femmes, mod­erne, inclusif et tourné vers l’avenir ».

Le terme d’inclusif est loin d’être anodin puisqu’il est directe­ment lié à une nou­velle école du fémin­isme, l’intersectionnalité. Ce courant fémin­iste par­ti­c­ulière­ment à la mode prône la con­ver­gence des luttes entre groupes dis­crim­inés. Le terme, né sous la plume de l’afroféministe Kim­ber­lé Williams Cren­shaw, désigne toutes formes de dis­crim­i­na­tions qui peu­vent se crois­er et se surim­pos­er (couleur de peau, reli­gion, sexe, sex­u­al­ité…). Effec­tive­ment, à l’examen, si les arti­cles de Fran­droïd et Numéra­ma restent glob­ale­ment neu­tres en ter­mes poli­tiques et cen­trés sur leurs sujets, le site du groupe revendique ouverte­ment son pro­gres­sisme et sa tolérance. L’écriture inclu­sive omniprésente dans les textes donne le ton.

Avec ce rachat, le fémin­isme de Mad­moiZelle et Rock­ie a donc toutes les chances de pass­er au niveau supérieur, avec un mil­i­tan­tisme poli­tique assumé et agres­sif. Le groupe Humanoïd annonce sans fard sa volon­té de « remet­tre la presse fémi­nine en phase avec l’époque, […] en s’éloignant des injonc­tions autour du corps des femmes, en décen­trant la blancheur, l’hétérosexualité, la minceur et la valid­ité des normes restric­tives indé­pass­ables et en pro­posant des out­ils d’action fémin­istes et inclusifs à un lec­torat qui les demande, dans un monde en change­ment per­pétuel. […] Nous tra­vaillerons à faire de Mad­moiZelle et Rock­ie des mag­a­zines réac­t­ifs et poin­tus sur les ques­tions poli­tiques et de société ».

En somme, nous allons dès sep­tem­bre 2020 avoir sur la toile un nou­v­el avatar du jour­nal­isme façon Inrocks ; de quoi façon­ner de nou­velles généra­tions de « social jus­tice war­rior » au féminin et de mil­i­tantes fémin­istes LGBTQI+ qui pour­ront aller prêch­er la bonne parole dans toutes les sphères de la société, et surtout façon­ner dès leur plus jeune âge le regard des jeunes filles sur le monde qui les entoure. Pour suiv­re la même décon­fi­ture que Causette ou les Inrocks ? Le pre­mier survit et le sec­ond annonce un nou­veau plan social…

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Arthur Dreyfuss

PORTRAIT — Le ben­jamin de l’état-major de Patrick Drahi n’en finit pas de mon­ter dans la hiérar­chie d’Altice.

Cyril Hanouna

PORTRAIT — Incar­na­tion de la « télé-poubelle », Cyril Hanouna truste les suc­cès et les places dans le Paysage Audio­vi­suel Français (PAF) en tant que pro­duc­teur, ani­ma­teur sur D8 avec « Touche pas à mon poste » et de radio à Europe 1 ou acteur de cinéma.

Christian Terras

PORTRAIT — C’est un homme qui appa­rait régulière­ment dans les médias quand il s’agit de faire le procès de l’Église catholique. Présen­té comme « théolo­gien », ou comme un « grand spé­cial­iste du catholi­cisme », il est con­sid­éré comme un inter­locu­teur val­able et objectif.

Mélissa Theuriau

PORTRAIT. Incar­na­tion vivante de la mix­ité heureuse et bour­geoise, cette grande prêtresse de la tolérance offi­cie depuis l’île-Saint-Louis, loin des car­cass­es de voitures brûlées et des vapeurs de haschich.

Audrey Pulvar

PORTRAIT — Audrey Pul­var est née le 21 févri­er 1972 à Fort-de-France (Mar­tinique). Son père, Marc Pul­var, est le fon­da­teur du Mou­ve­ment indépen­dan­tiste mar­tini­quais et secré­taire de la cen­trale syn­di­cale des tra­vailleurs mar­tini­quais (CSTM).