Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
La Tyrannie du Bien : un essai sur le Bien et ses méfaits

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

11 février 2023

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La Tyrannie du Bien : un essai sur le Bien et ses méfaits

La Tyrannie du Bien : un essai sur le Bien et ses méfaits

Temps de lecture : 2 minutes

Qui est contre le Bien et pour le Mal ? Personne direz-vous, mais le Bien détourné, devenu fanatisme éradicateur, peut se transformer en Mal comme l’explique Guy Mettan dans son essai sur La Tyrannie du Bien, dictionnaire de la pensée incorrecte (éditions des Syrtes) que nous vous avions déjà présenté et sur lequel nous revenons.

Guy Mettan, un Suisse pas comme les autres

Il avait répon­du fin 2019 à notre ques­tion qui êtes-vous ?  « J’exerce le méti­er de jour­nal­iste depuis 40 ans, dans le domaine de la poli­tique étrangère essen­tielle­ment. J’ai notam­ment eu la respon­s­abil­ité de diriger La Tri­bune de Genève et le Club suisse de la presse, qui a pour mis­sion d’accueillir les per­son­nal­ités qui vis­i­tent les organ­i­sa­tions inter­na­tionales à Genève, ambas­sadeurs, min­istres, chefs d’État et représen­tants d’ONG. Par­al­lèle­ment à mes activ­ités pro­fes­sion­nelles, j’ai égale­ment été député au par­lement genevois, le Grand Con­seil, que j’ai présidé en 2010. Enfin, j’ai eu le plaisir d’écrire une dizaine de livres, par­mi lesquels « Russie-Occi­dent : une guerre de mille ans » (2015) traduit dans sept langues, et « Le Con­ti­nent per­du. Plaidoy­er pour une Europe démoc­ra­tique et sou­veraine » (2019), aux Édi­tions des Syrtes. Dans tous les cas, je milite pour une con­cep­tion farouche­ment indépen­dante du journalisme. »

Quelques perles de son dictionnaire

  • Non-bina­rité « con­cept devenu cen­tral dans l’empire libéral-pro­gres­siste et dont le pro­pos vise à ban­nir du vocab­u­laire les ter­mes homme, femme, mas­culin et féminin au prof­it de la douzaine d’autres gen­res pos­si­bles. En adhérant à un sché­ma binaire sans pass­er par la case non-binaire, vous seriez sus­pec­té de repro­duire les alié­na­tions de genre et de croire que le sexe est assigné à la nais­sance en fonc­tion de la biologie. »
  • Racines « Mot très appré­cié au sens pro­pre quand il désigne les tiges souter­raines d’une plante bio ou d’un légume rare, mais haute­ment sus­pect au sens fig­uré, quand il désigne le fonde­ment de l’identité d’un indi­vidu et fait référence à son milieu cul­turel, à son pays, à sa famille d’origine ».
  • Soft­langue « Langue hybride et bâtarde, née des amours con­tre nature du cap­i­tal­isme libéral avec le pro­gres­sisme socié­tal. Revendiquée aus­si  bien par la droite que par la gauche, qui ont toutes deux fait allégeance à l’anglais ».
  • Woke « la vogue du wok­isme con­siste à sat­is­faire cha­cun selon son ressentiment ».

Guy Met­tan, La Tyran­nie du Bien, dic­tio­n­naire de la pen­sée incor­recte, 2022, édi­tions des Syrtes, 20 €