Accueil | Actualités | Médias | Madec tente d’empêcher Duquesne de travailler
Pub­lié le 29 novembre 2012 | Éti­quettes : , , , ,

Madec tente d’empêcher Duquesne de travailler

Selon JeanMarcMorandini.com, le maire du 19e arrondissement de Paris Roger Madec a tenté d'empêcher l'interview de Frigide Barjot, humoriste catholique engagée dans la défense du mariage traditionnel et opposée au « mariage pour tous », par le journaliste Benoît Duquesne pour l'émission « Complément d'Enquête » de ce jeudi. Des employés de la mairie ont cherché à compromettre le tournage avant que le maire ne décide de couper le courant dans la salle des mariages où avait lieu le tournage.

Le journaliste a toutefois prévenu : « Cette séquence serait diffusée en intégralité ce soir (à 22h15 sur France 2, ndlr), y compris la partie d'interview réalisée dans le noir. » La voici :

Benoît Duquesne raconte à France Télévisions : « D'entrée, (Roger Madec) s'est montré agressif, en expliquant que ça ne se ferait jamais dans SA mairie. Je ne savais que ce monsieur était propriétaire de la mairie. » C'est la première fois qu'il se retrouve « face à un tel agissement (...) en douze ans d'émission ».

De son côté, le maire explique au Huffington Post : « Ce matin, nous nous sommes retrouvés devant le fait accompli quand nous avons appris que Frigide Barjot serait interviewée dans nos locaux. Le maire a considéré que l'accord n'était pas respecté et que les équipes de l'émission avaient été malhonnêtes. Il a donc demandé que l'interview ne soit pas enregistrée dans la mairie, ce que l'équipe de tournage a refusé. Après plusieurs échanges téléphoniques entre des responsables de la mairie et de « Complément d'enquête », et un échange assez vif entre Benoît Duquesne et Roger Madec, l'équipe ne voulait toujours pas abandonner son tournage. Le maire a donc fait couper l'électricité. »

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux