Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Macron ou l’ultime mascarade

21 juillet 2017

Temps de lecture : 9 minutes
Accueil | Veille médias | Macron ou l’ultime mascarade

Macron ou l’ultime mascarade

[Red­if­fu­sions esti­vales 2017 – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 01/05/2017]

Le candidat fabriqué par les médias et la finance semble en passe d’accéder à la présidence de la République française, révélant, au moment où le pouvoir médiatique apparaît plus délégitimé que jamais, son coup de force suprême qui, à défaut d’une quelconque alternance, est au contraire en train de faire entrer la France dans une ère post-démocratique.

Gal­vani­sa­tion des mass­es, pro­pa­gande, hys­térie, manip­u­la­tion, fuite en avant… Der­rière le micro un pan­tin ges­tic­ule, il prof­ite de la crise et de la crainte qu’inspire à la bour­geoisie le par­ti des ouvri­ers… Tout cela ne nous rap­pelle-t-il pas des heures où il était impos­si­ble de se déplac­er sans une lampe de poche ? Ne voit-on pas les mêmes gigan­tesques mis­es en scène, à l’aube d’une élec­tion cap­i­tale, au ser­vice d’un can­di­dat offrant à cha­cun son cou­plet sans la moin­dre cohérence, celle-ci éludée au prof­it d’une pure exal­ta­tion de l’énergie, comme on le voit faire Hitler dans Le Tri­om­phe de la Volon­té de Leni Riefen­stahl, lors de la cam­pagne de 1933 ? Puisque les jours qui nous atten­dent met­tront à la pen­sée poli­tique le joug du Point God­win, allons‑y, prenons hon­nête­ment ce chemin par pur exer­ci­ce intel­lectuel et voyons… Le fas­cisme n’a jamais été une anti-démoc­ra­tie où on couperait le micro, il est une per­ver­sion démoc­ra­tique par sat­u­ra­tion uni­voque du micro. Qui a tous les médias avec lui ? Le Pen, ou Macron ? En ce sens, évidem­ment que s’il est une cam­pagne élec­torale que l’on pour­rait rap­procher aujourd’hui de celle d’Hitler et ses sbires, c’est bien celle de Macron et des siens – Jacques Attali, Pierre Bergé, Thier­ry Pech (le fon­da­teur de « Ter­ra Nova »), Xavier Niel, Alain Minc, qui por­tent tous, d’ailleurs, à défaut d’un « pro­gramme », du moins un pro­jet utopiste, lequel, s’il ne cherche pas à réalis­er le « surhu­main », vise néan­moins le « tran­shu­main ».

Apogée du zombie

Si durant toute la cam­pagne le can­di­dat du vide — ni droite ni gauche, ou de gauche comme de droite, mais aus­si d’en-haut et d’en bas, ou tout au con­traire — a béné­fi­cié non du fond, mais de la forme en trompe‑l’œil qui fait pass­er pour neuf un mem­bre du gou­verne­ment sor­tant le plus détesté de la Ve République, cet avatar-caméléon-du-même qui car­bu­re au pou­voir financier et est exalté par une coali­tion médi­a­tique inédite, s’est vu couron­né par les jour­nal­istes dès sa sélec­tion au sec­ond tour, dimanche 23 avril dernier, avec une jubi­la­tion con­san­guine éton­nante. On se réjouis­sait en famille au moment de hiss­er, de manière un peu pré­cip­itée, au-dessus de la garde-robe poli­tique française, le porte-man­teau du pro­gramme d’Attali. L’analyste des médias Daniel Schnei­der­mann l’énoncerait claire­ment : « S’il reste quelques citoyens qui n’ont pas com­pris com­ment les médias ont imposé Macron comme une évi­dence, alors qu’ils se pré­cip­i­tent sur le replay de la soirée élec­torale de France 2. Toute la mécanique s’y dévoile. Évidem­ment, il y a la col­lec­tion com­plète des cou­ver­tures de l’Obs, les édi­tos à répéti­tion des snipers de Chal­lenges, les oppor­tunes péti­tions d’économistes. Tout ceci con­stitue un bloc de pro­pa­gande vis­i­ble. Mais le plus effi­cace, sans doute fut-ce la pro­pa­gande invis­i­ble. “On a l’impression de voir un prési­dent élu, et c’est assez impres­sion­nant” , s’émerveilla le jour­nal­iste Jeff Wit­ten­berg, sans réalis­er que ces “images d’un prési­dent élu”, il en était lui-même le fab­ri­cant, lui et sa chaîne, et tous les autres. Dans l’écriture télévi­suelle française, ce type de course-pour­suite motorisée est habituelle­ment réservé à la berline du vain­queur du sec­ond tour. Si on pis­tait ain­si Macron, pourquoi ne pis­tait-on pas pareille­ment Marine Le Pen à Hénin-Beau­mont ? »

Duce 2.0

Le jok­er du con­glomérat médi­ati­co-financier, c’est lui, et dans une ère post-démoc­ra­tique, il a cet atout d’avoir com­pris les nou­veaux rap­ports de forces et de jouer à fond la post-démoc­ra­tie, la post-nation, le post-humain pour le plus grand béné­fice des ten­ants du libéral­isme mon­di­al­isé. Pass­er de la finance aux médias et des médias à la finance, du pognon à la pub et de la pub au pognon, en ayant largué toute tra­di­tion, toute idéolo­gie, tout con­cept et tout peu­ple his­torique, est un choix franc et dynamique. L’archétype du nou­v­el homme d’État n’a plus qu’à se con­fon­dre avec le yup­pie sous coke hurlant des slo­gans vides devant des caméras mul­ti­pliées. Duce 2.0. Même Aude Lancelin, jour­nal­iste périmée et trahie par sa caste, qui, après avoir joui toute sa car­rière dans les jupes du pou­voir, s’invente rebelle une fois au chô­mage et se met à vouloir jouer à l’OJIM, même Aude Lancelin, donc, ne peut que com­pléter nos dia­grammes en évo­quant un « putsch du CAC 40 » : « Il y a des années que Macron plaçait ses pio­ns auprès des géants des médias. Déjà lorsqu’il était ban­quier d’affaires chez Roth­schild, le pro­tégé d’Alain Minc avait con­seil­lé le groupe Lagardère pour la vente de ses jour­naux à l’international. Excel­lentes aus­si, les rela­tions entretenues par Macron avec le sul­fureux patron de Canal+, Vin­cent Bol­loré (…). Très étroites égale­ment, celles qu’il a avec le fils de ce dernier, Yan­nick Bol­loré, PDG d’Havas, géant de la com­mu­ni­ca­tion mon­di­ale. Avec le groupe de Patrick Drahi, c’est car­ré­ment la love sto­ry à ciel ouvert, même si en péri­ode élec­torale les pudeurs de car­mélite s’imposent. Ain­si le Directeur général de BFM TV est-il régulière­ment obligé de se défendre de faire une “Télé Macron”, sans con­va­in­cre grand monde (…). Lorsque Mar­tin Bouygues et Patrick Drahi s’affronteront pour le rachat du groupe SFR, c’est Macron lui-même, alors secré­taire général de l’Elysée, qui jouera un rôle décisif en faveur de ce dernier. » Quant aux rela­tions de con­nivence entre Xavier Niel et Emmanuel Macron : « Dif­fi­cile en effet d’admettre publique­ment pour l’homme fort du groupe “Le Monde” son degré de prox­im­ité avec le can­di­dat d’En Marche!, alors même que beau­coup accusent déjà le quo­ti­di­en du soir d’être devenu le bul­letin parois­sial du macro­nisme. Lui aus­si action­naire du groupe “Le Monde”, le mil­liar­daire du luxe Pierre Bergé, n’aura pas réus­si à s’abstenir de tweet­er sa fougue macroni­enne pen­dant la cam­pagne. »

Épiphanie du système

Nous y sommes. Le sys­tème, dont l’OJIM dénonce depuis des années l’œuvre de con­fis­ca­tion d’un véri­ta­ble pou­voir médi­a­tique indépen­dant, le sys­tème qui d’après ce même sys­tème n’existe pas, d’après qui le nom­mer de la sorte serait une extrap­o­la­tion de com­plo­tiste, une out­rance pop­uliste, une sim­pli­fi­ca­tion dou­teuse, ce sys­tème a enfin un vis­age clair, limpi­de, défini­tive­ment syn­thé­tique – indis­cutable, et c’est celui d’un quadragé­naire BCBG au sourire de télé­vangéliste : Emmanuel Macron. De François Ruf­fin, le réal­isa­teur de « Mer­ci Patron ! », inspi­ra­teur des bobos nuit­de­boutistes de cen­tre-ville gen­trifés à Lau­rence Parisot, l’ancienne patronne du MEDEF s’imaginant déjà pre­mier min­istre, de José Bové à Nico­las Sarkozy, toute la cohérence libérale-lib­er­taire se révèle d’un bout à l’autre du spec­tre, toutes les com­posantes les plus var­iées de l’oligarchie, toutes les artic­u­la­tions du pou­voir, des ban­ques aux chaines de télévi­sion, des grands patrons aux ligues morales, les voilà toutes réu­nies, révélées, amal­gamées enfin der­rière un seul homme. « Pas de doute donc, comme je l’ai un jour relevé, Emmanuel Macron est bel et bien le can­di­dat de l’oligarchie. », assène Lau­rent Maudui, co-fon­da­teur du site Médi­a­part. Et il ajoute : « Avec l’aide de mon con­frère Adrien de Tri­cornot, j’ai par exem­ple apporté la preuve qu’Emmanuel Macron avait, en 2010, trahi la Société des rédac­teurs du Monde, dont il était le ban­quier con­seil, lors du rachat du jour­nal par Niel, Pigasse et Bergé, en étant lors de cette opéra­tion finan­cière l’agent dou­ble du camp adverse, et notam­ment de l’un de ses organ­isa­teurs, Alain Minc. (…) Oli­gar­que jusqu’au bout des ongles, enfant adultérin et mon­strueux de l’Inspection des finances et de l’agence Havas… » Voilà ce qu’affirme Maudui avant d’appeler à vot­er pour… Emmanuel Macron.

Triomphalisme

Si les médias font les élec­tions, encenser le vain­queur revient à ren­dre hom­mage à leur pro­pre pou­voir, et c’est sans doute de cette manière qu’il faut inter­préter les invraisem­blables cou­ver­tures de Paris Match, de L’Obs ou de L’Express au lende­main du pre­mier tour. Mais égale­ment les éloges dithyra­m­biques du Point : « On aime le décrire comme un météore, un Rasti­gnac des temps mod­ernes, un jeune loup à la gueule d’ange, un Petit Prince de la poli­tique… L’homme qui sera peut-être, à 39 ans, prési­dent de la République française, est un per­son­nage hors norme. Il a con­nu une ascen­sion éclair comme jamais l’his­toire poli­tique française n’en avait écrite, soulig­nait récem­ment une jour­nal­iste de la BBC. » Le can­di­dat d’ « En Marche » se con­tred­it en per­ma­nence, ne sait pas ce qu’il racon­te, se ridi­culise dès qu’il monte sur scène, il ne tient son suc­cès que d’avoir été fab­riqué, mais on nous le vend en Bona­parte de la démoc­ra­tie spec­tac­u­laire… Alors qu’il n’est que le fils chéri de l’oligarchie, l’héritier de François Hol­lande, lequel est le plus mau­vais prési­dent de la République que la France ait con­nu. « Ah oui, mais le règne du fils est for­mi­da­ble en soi ! », nous rétorque Syl­vain Courage, dans L’Obs, se livrant à une acro­batie sophis­tique totale­ment invraisem­blable pour hon­or­er son maître : « Cette élec­tion ouvre aus­si une nou­velle ère car elle met peut-être défini­tive­ment fin à une règle immé­mo­ri­ale et implicite : le patri­ar­cat. Dans l’incapacité de briguer un nou­veau man­dat, François Hol­lande, le prési­dent sor­tant le plus impop­u­laire de la Ve République, a ouvert un espace inédit à l’un de ses héri­tiers. Il ne l’a pas fait de bonne grâce, certes. Mais sa renon­ci­a­tion a per­mis l’é­man­ci­pa­tion de son plus proche dis­ci­ple. La loi du père, cas­tra­teur du fils, ne s’est pas appliquée. Et c’est donc la loi du fils qui s’impose. A la per­pé­tu­a­tion du pou­voir établi se sub­stitue une nou­velle légitim­ité : le renou­velle­ment naturel. Cette trans­mis­sion libre qui s’apparente à une réin­car­na­tion… Plus démoc­ra­tique que la loi du père, la loi du fils com­porte un droit d’inventaire. Ce n’est plus le patri­arche qui s’efforce de dur­er mais sa descen­dance qui dis­pose de son legs et agit pour son pro­pre avenir. » On atteint là des som­mets de n’importe quoi ! Tout héri­ti­er est un fils qui devien­dra lui-même un père. Du point de vue de Louis XIII, le règne de Louis XIV était tout autant le règne du fils ! Qui prof­i­tait d’une « nou­velle légitim­ité », d’un « renou­velle­ment naturel », certes, mais qui n’était pas spé­ciale­ment plus « démoc­ra­tique » ! Hérit­er revient à tuer le patri­ar­cat, d’après Syl­vain Courage… C’est mer­veilleux. Et pros­tituer sa fille revient sans doute à l’émanciper, si on regarde ça sous l’angle adéquat.

Manu le visionnaire, Macron le disruptif

Il n’est pas encore élu que Macron donne lieu à un con­cours d’éloge qui nous rap­pelle les heures les plus rouges du jour­nal­isme sous Staline. Au Point, on trou­ve cela : « Emmanuel Macron a eu trois intu­itions qui ont créé les con­di­tions d’un des­tin d’ores et déjà excep­tion­nel. Tout com­mence très tôt, le 27 août 2015, aux uni­ver­sités d’été du Pôle des réfor­ma­teurs, à Pes­sac-Léog­nan. Le min­istre de l’É­conomie est longue­ment ova­tion­né. Ce jour-là, le séna­teur François Patri­at, qui fait par­tie de ses pre­miers sou­tiens, reçoit, en aparté, cette pré­mo­ni­tion incroy­able de Macron : “Il me dit : Je fais l’analyse que le chef de l’É­tat ne sera pas en mesure de se représen­ter. Il faut qu’on pré­pare quelque chose. On doit se revoir pour pré­par­er quelque chose”. » Le fait que Hol­lande ne pour­rait pas se représen­ter et qu’il allait fal­loir trou­ver autre chose, tout le monde le savait, depuis au moins novem­bre 2014, date à laque­lle Les Inrocks offraient à Jup­pé une invraisem­blable cou­ver­ture, trahissant par là leur con­vic­tion de l’impossibilité pour Hol­lande de rem­pil­er. Mais quand c’est Macron qui for­mule dix mois plus tard cette évi­dence, cela devient une « pré­mo­ni­tion incroy­able ». Pour France Inter, Macron réalise « le hold-up du siè­cle », comme titré en référence à la phrase d’un élu social­iste recy­clée sans recul. Dans Paris Match, le messie est décrit parée de toutes les qual­ités : « A la lumière des ral­liements de droite comme de gauche, et des sondages qui le pla­cent large­ment en tête au sec­ond tour, la dernière marche vers le per­ron de l’Elysée pour­rait sem­bler la plus facile. Mais l’élève des jésuites, diplômé de philoso­phie, sait que l’orgueil est un péché et la présomption un écueil red­outable. » Pour­tant, il a démon­tré pré­cisé­ment le con­traire, et c’est d’ailleurs ce qui a été relevé en général, même par­mi ses sou­tiens. Ce ren­verse­ment du réel témoigne sim­ple­ment du degré d’aveuglement idéologique que cer­tains jour­nal­istes peu­vent attein­dre face à leur can­di­dat offi­ciel.

Médias en campagne

Après la séquence Whirlpool, BFM et France Inter ont même ten­té de réécrire ce à quoi tout le monde avait pu assis­ter, comme le mon­trait Eric Ver­haeghe sur Con­tre­points : « (…) de longues min­utes de direct ont per­mis de mon­tr­er com­ment le can­di­dat sor­ti pre­mier au pre­mier tour s’est retrou­vé en dif­fi­culté dans un mou­ve­ment pop­u­laire qui bafouait son pres­tige. Immé­di­ate­ment après ces images désas­treuses, BFM a repris la sit­u­a­tion en main en pro­duisant des com­men­taires qui dis­aient exacte­ment le con­traire de la réal­ité qui venait de s’étaler aux yeux des Français. S’est alors con­stru­it un roman grotesque où Marine Le Pen serait venue 15 min­utes sur place pour faire des self­ies avec des mil­i­tants du Front Nation­al, quand Emmanuel Macron aurait courageuse­ment affron­té la tem­pête et ramené le calme auprès d’ouvriers débous­solés par la mon­di­al­i­sa­tion. Le plus ahuris­sant fut d’entendre ce matin les com­men­taires et chroniques sur France Inter (pre­mière mati­nale de France, rap­pelons-le) où une opéra­tion de pro­pa­gande à la Potemkine fut claire­ment menée. Tout le monde con­naît la prox­im­ité entre Emmanuel Macron et le directeur général de Radio France. Mais trop, c’est trop. » Jour après jour, on assiste à des pra­tiques de pro­pa­gande que l’OJIM a déjà dénon­cées à de très nom­breuses repris­es, mais qui, dans un tel con­texte, devi­en­nent out­rageuse­ment man­i­festes et car­ré­ment per­ma­nentes.

Mise en lumière

Pris de panique, le sys­tème médi­a­tique tombe tous les masques, et c’est du moins l’avantage de ce sec­ond tour qu’une pareille mise en lumière. « Nan, pas fa ! Pas fa ! Pas fa ! » Qui exprime ain­si son dégoût pathé­tique ? Un enfant refu­sant de boire de l’huile de morue ? Non, d’après les médias, le futur chef de la République française faisant front au fas­cisme ressus­cité. Que ces gens-là ont-ils donc dans le cerveau ? Quand on parie sur un tel cheval, aban­don­ner toute dis­tance cri­tique pour men­er à bien son œuvre de manip­u­la­tion des mass­es exige une imper­méa­bil­ité totale à la honte. Vis­i­ble­ment, cette imper­méa­bil­ité existe. France Inter en arrive a cen­sur­er un humoriste, non parce qu’ils appelle à vot­er Marine Le Pen, mais parce qu’il ose seule­ment s’abstenir et ne pas vot­er Macron ! On cen­sure, on érige des murs infran­chiss­ables, on aboie, même, pour lut­ter pré­ten­du­ment con­tre un fas­cisme hypothé­tique, essen­tielle­ment légendaire, con­tre la pos­si­bil­ité d’une dérive autori­taire d’une prési­dente poten­tielle pour l’heure dans une sit­u­a­tion de seule con­tre tous, et on cimente, par là, un fas­cisme bien con­cret, bien omniprésent, bien pal­pa­ble : celui de la Pen­sée unique accla­mant par ses médias, aujourd’hui, le can­di­dat unique d’un par­ti unique.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision