Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Opinion toujours à la peine, un an après son lancement
Publié le 

16 mai 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’Opinion toujours à la peine, un an après son lancement

L’Opinion toujours à la peine, un an après son lancement

Un an après son lancement, en mai 2013, L’Opinion peine à atteindre la rentabilité, celle-ci étant repoussée à 2016.

Si son site inter­net revendique 400 000 vis­i­teurs uniques par mois, sa dif­fu­sion est de 35 000 exem­plaires dif­fusés chaque jour, dont seule­ment la moitié est due aux ventes en kiosque et aux abon­nements. L’autre moitié, qui rap­porte peu, est le fruit de la vente aux tiers (aéro­ports, hôtels, etc.). Pour­tant, dans une déc­la­ra­tion à l’AFP, Nico­las Beytout s’est dit sat­is­fait de ces chiffres, un « chouïa » meilleurs que prévu.

Le chiffre d’af­faire, d’en­v­i­ron 3 mil­lions d’eu­ros selon Le Figaro, serait 15 à 20 % supérieur au résul­tat atten­du. « De la pre­mière année, on retient que l’on est en avance sur notre busi­ness plan. Notre maîtrise des charges nous per­met d’en­vis­ager la prof­itabil­ité à par­tir de 30 000 exem­plaires ven­dus en kiosque ou par abon­nement à l’hori­zon 2016 », explique Christophe Chenut, directeur général. Et d’a­jouter : « Le compte d’ex­ploita­tion est notre obses­sion. Nous devons attein­dre 25 000 à 30 000 exem­plaires payants pour être renta­bles. »

Car en effet, ce bimé­dia qui revendique une ligne édi­to­ri­ale « libérale », « pro-européenne » et « pro-busi­ness » est encore loin de l’équili­bre. Pour ce faire, il devra faire appel à ses investis­seurs pour financer un redresse­ment qui s’é­tale sur trois ans. Et à en croire Nico­las Beytout, les action­naires (qui restent tou­jours incon­nus) ont été con­va­in­cus. « Une lev­ée de fonds com­plé­men­taire devrait être bouclée d’i­ci à quelques semaines », a‑t-il con­fié. Selon les pre­mières esti­ma­tions, cette lev­ée de fond devrait s’élever à une quin­zaine de mil­lions d’eu­ros sur les trois ans.

L’Opin­ion a quelque peu délais­sé les kiosques (où il n’é­coule que 2 500 à 3 000 exem­plaires par jour) pour les abon­nements. Selon les chiffres four­nis, ceux-ci s’élèvent à 14 000, mais au moins la moitié d’en­tre eux sont encore en offre décou­verte… « Mais comme nous avons moins dépen­sé d’ar­gent que prévu, nous avons réus­si à lim­iter la perte finan­cière de la pre­mière année », rel­a­tivise M. Beytout.

Bimé­dia, L’Opin­ion compte aus­si sur son site inter­net pour avancer. Comme l’a expliqué son fon­da­teur, « Inter­net, c’est l’au­di­ence, le papi­er, c’est l’in­flu­ence ». Et con­cer­nant cette pre­mière branche, le site inter­net n’at­tire pas encore assez de vis­i­teurs mal­gré des audi­ences cor­rectes (400 000 VU par mois). En effet, son mod­èle « freemi­um » (qui laisse une par­tie du con­tenu libre d’ac­cès et le reste des­tiné aux abon­nés), peine à être effi­cace. « Tout le pari est de réus­sir à faire un média pre­mi­um avec 30 jour­nal­istes », explique Beytout.

Pour attein­dre la rentabil­ité d’i­ci 2016, le quo­ti­di­en doit, en plus de la lev­ée de fonds, dou­bler ses ventes qui reposent actuelle­ment trop sur la dif­fu­sion qual­i­fiée et sur des abon­nements décou­verte.

Voir notre portrait de Nicolas Beytout

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Emmanuel Goldstein

PORTRAIT — Il n’est ni jour­nal­iste, ni directeur de jour­nal, ni même mag­nat de la presse et pour­tant il exerce une influ­ence con­sid­érable sur les médias, directe et indi­recte. Por­trait d’un homme de réseau.

Audrey Crespo-Mara

PORTRAIT — Aupar­a­vant jour­nal­iste de sec­onde main, Audrey Cre­spo-Mara est dev­enue pro­gres­sive­ment, par la force des choses, une « femme de », celle de Thier­ry Ardis­son, avant de touch­er le grand pub­lic en devenant le jok­er de Claire Chaz­al aux jour­naux du week-end sur TF1.

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision