Accueil | Actualités | Médias | Libération au régime sec ou pire ?
Pub­lié le 16 octobre 2012 | Éti­quettes : , ,

Libération au régime sec ou pire ?

Depuis 2006 le quotidien parisien Libération vit sous le régime d’une procédure de sauvegarde. Bruno Ledoux (Foncière Colbert), propriétaire des locaux de Libération rue Bellanger a déjà versé plus de 5 millions d’euros sans pour autant pouvoir rentrer dans la holding de tête qui coiffe le journal. Libération ne survit que grâce aux aides de l’État à la presse qui dépassent les 6 millions d’euros par an, encore ces aides n’incluent elles pas les aides indirectes (détaxation du papier, aide au portage etc). Édouard de Rothschild semble un peu fatigué de sa danseuse de presse.

Alors qui viendra au secours du quotidien ? Matthieu Pigasse déjà actionnaire du Monde ? Un chevalier blanc ? Bernard Tapie ? Ou l’État par des abandons de créances sociales ? Les nuages s’amoncellent sur la tête de Nicolas Demorand dont la « une » sur Bernard Arnault n’a pas fait l’unanimité sans compter les grèves à répétition du distributeur Presstalis dont le sort n’est toujours pas réglé.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This