Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Humanité voit son plan de continuation validé après un massif effacement de dettes

9 janvier 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’Humanité voit son plan de continuation validé après un massif effacement de dettes

L’Humanité voit son plan de continuation validé après un massif effacement de dettes

Après sa cessation de paiement annoncée au début de l’année 2019, un redressement judiciaire décidé le 7 février suivant, un plan de sauvegarde signé le 12 juin et aboutissant, entre autres, à la suppression de 35 postes, L’Humanité serait en train de sortir de son gouffre, au moins pour un moment.

Dans un juge­ment du 26 décem­bre 2019 que nous nous sommes procurés, le Tri­bunal de com­merce de Bobigny a validé le plan de con­tin­u­a­tion présen­té par le jour­nal.

Un journal en mauvaise santé et gracieusement subventionné

Rap­pelons tout d’abord la sit­u­a­tion exposée en détail par le juge­ment. L’Humanité, jour­nal phare des com­mu­nistes français, est détenu par la “Société nou­velle du jour­nal L’Humanité” (SNJH), suc­cesseur de la “Société human­ité investisse­ments plu­ral­isme”. La SNJH quant à elle, est la pro­priété de per­son­nes physiques à 45,3%, de l’association des Lecteurs du Jour­nal à 20%, de l’association des Dif­fuseurs du Jour­nal à 14,7%, de l’association des Amis du Jour­nal à 10% et de l’association des Per­son­nels du Jour­nal à 10%, soit une mul­ti­tude d’actionnaires de taille plutôt mod­este (dont on ne con­naît pas pour autant les noms).

Con­cer­nant la san­té finan­cière du jour­nal, son chiffre d’affaires baisse con­tin­uelle­ment, pas­sant de 24,9 mil­lions d’euros en 2016 à 23,8 en 2017 et 2018, et 22,5 en 2019 (mal­gré une hausse des recettes réal­isées à la Fête de L’Humanité). Cette baisse est la con­séquence de la diminu­tion des vol­umes de ventes, des recettes pub­lic­i­taires. Elle est accom­pa­g­née de l’augmentation des coûts de pro­duc­tion / dis­tri­b­u­tion et de la struc­ture de charges inadap­tée du jour­nal, entre autres des effec­tifs pléthoriques. En même temps, les dons des par­ti­c­uliers sont aus­si passés de 4 mil­lions en 2016 à 1,9 € en 2018.

Comme d’habitude, c’est en grande par­tie le con­tribuable qui est venu au sec­ours avec 4,2M€ de sub­ven­tions d’aide à la presse en 2018, soit 400K€ de plus par rap­port à 2016. Vu les déc­la­ra­tions de Richard Fer­rand en début d’année 2019, l’augmentation a très prob­a­ble­ment con­tin­ué. Mais comme cela restait insuff­isant, le jour­nal est passé par un plan de con­tin­u­a­tion à l’addition plutôt salée pour ses créanciers.

Un plan surtout possible grâce à un massif abandon de créances

L’Humanité s’est restruc­turée, a fait appel aux dons, mais c’est surtout grâce aux créanciers que ce plan a été validé par le Tri­bunal.

En effet, à la lec­ture du juge­ment, on apprend que les créanciers, publics comme privés, sont allés jusqu’à faire table rase de 75% des créances dues par le jour­nal, per­me­t­tant d’effacer d’un coup de baguette mag­ique 8 mil­lions d’euros de dettes. Dans la caté­gorie des créanciers privés lui faisant ce beau cadeau, on retrou­ve les prin­ci­paux four­nisseurs du média, Ric­cobono presse investisse­ment (dirigé en par­tie par le groupe de presse autrichien Medi­aprint), Sefal prop­er­ty, Méditer­ranée Off­set Presse, Com­pact, la RATP (?!) et Viparis (pos­sédé à 50% par la CCI d’Ile de France).

Du côté des créances publiques, le con­tribuable fait cadeau de 75% des 1.8 mil­lions dus. On prend les mêmes et on recom­mence, après avoir aban­don­né une créance de 4 mil­lions en 2013, l’État ajoute à ses innom­brables sub­ven­tions, un autre petit cadeau ! Mais après tout, rien de nou­veau sous le soleil, le média com­mu­niste vit depuis longtemps allè­gre­ment de l’argent des autres et de moins en moins de son lec­torat.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.