Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Humanité voit son plan de continuation validé après un massif effacement de dettes

9 janvier 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’Humanité voit son plan de continuation validé après un massif effacement de dettes

L’Humanité voit son plan de continuation validé après un massif effacement de dettes

Après sa cessation de paiement annoncée au début de l’année 2019, un redressement judiciaire décidé le 7 février suivant, un plan de sauvegarde signé le 12 juin et aboutissant, entre autres, à la suppression de 35 postes, L’Humanité serait en train de sortir de son gouffre, au moins pour un moment.

Dans un juge­ment du 26 décem­bre 2019 que nous nous sommes procurés, le Tri­bunal de com­merce de Bobigny a validé le plan de con­tin­u­a­tion présen­té par le journal.

Un journal en mauvaise santé et gracieusement subventionné

Rap­pelons tout d’abord la sit­u­a­tion exposée en détail par le juge­ment. L’Humanité, jour­nal phare des com­mu­nistes français, est détenu par la “Société nou­velle du jour­nal L’Humanité” (SNJH), suc­cesseur de la “Société human­ité investisse­ments plu­ral­isme”. La SNJH quant à elle, est la pro­priété de per­son­nes physiques à 45,3%, de l’association des Lecteurs du Jour­nal à 20%, de l’association des Dif­fuseurs du Jour­nal à 14,7%, de l’association des Amis du Jour­nal à 10% et de l’association des Per­son­nels du Jour­nal à 10%, soit une mul­ti­tude d’actionnaires de taille plutôt mod­este (dont on ne con­naît pas pour autant les noms).

Con­cer­nant la san­té finan­cière du jour­nal, son chiffre d’affaires baisse con­tin­uelle­ment, pas­sant de 24,9 mil­lions d’euros en 2016 à 23,8 en 2017 et 2018, et 22,5 en 2019 (mal­gré une hausse des recettes réal­isées à la Fête de L’Humanité). Cette baisse est la con­séquence de la diminu­tion des vol­umes de ventes, des recettes pub­lic­i­taires. Elle est accom­pa­g­née de l’augmentation des coûts de pro­duc­tion / dis­tri­b­u­tion et de la struc­ture de charges inadap­tée du jour­nal, entre autres des effec­tifs pléthoriques. En même temps, les dons des par­ti­c­uliers sont aus­si passés de 4 mil­lions en 2016 à 1,9 € en 2018.

Comme d’habitude, c’est en grande par­tie le con­tribuable qui est venu au sec­ours avec 4,2M€ de sub­ven­tions d’aide à la presse en 2018, soit 400K€ de plus par rap­port à 2016. Vu les déc­la­ra­tions de Richard Fer­rand en début d’année 2019, l’augmentation a très prob­a­ble­ment con­tin­ué. Mais comme cela restait insuff­isant, le jour­nal est passé par un plan de con­tin­u­a­tion à l’addition plutôt salée pour ses créanciers.

Un plan surtout possible grâce à un massif abandon de créances

L’Humanité s’est restruc­turée, a fait appel aux dons, mais c’est surtout grâce aux créanciers que ce plan a été validé par le Tribunal.

En effet, à la lec­ture du juge­ment, on apprend que les créanciers, publics comme privés, sont allés jusqu’à faire table rase de 75% des créances dues par le jour­nal, per­me­t­tant d’effacer d’un coup de baguette mag­ique 8 mil­lions d’euros de dettes. Dans la caté­gorie des créanciers privés lui faisant ce beau cadeau, on retrou­ve les prin­ci­paux four­nisseurs du média, Ric­cobono presse investisse­ment (dirigé en par­tie par le groupe de presse autrichien Medi­aprint), Sefal prop­er­ty, Méditer­ranée Off­set Presse, Com­pact, la RATP (?!) et Viparis (pos­sédé à 50% par la CCI d’Ile de France).

Du côté des créances publiques, le con­tribuable fait cadeau de 75% des 1.8 mil­lions dus. On prend les mêmes et on recom­mence, après avoir aban­don­né une créance de 4 mil­lions en 2013, l’État ajoute à ses innom­brables sub­ven­tions, un autre petit cadeau ! Mais après tout, rien de nou­veau sous le soleil, le média com­mu­niste vit depuis longtemps allè­gre­ment de l’argent des autres et de moins en moins de son lectorat.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.