Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
L’Express pose à nouveau le stylo

24 novembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’Express pose à nouveau le stylo

L’Express pose à nouveau le stylo

Temps de lecture : 2 minutes

Les six sociétés de journalistes et les syndicats du Groupe Altice Media (GAM) appellent à un débrayage de deux heures aujourd’hui. Le mouvement pourrait s’amplifier compte tenu du climat électrique qui règne dans l’entreprise.

Vacuité du pro­jet stratégique 2016–2018 (essen­tielle­ment tourné vers le numérique et l’événe­men­tiel), “casse sociale” (125 poste sur 650 en cours de sup­pres­sion), ama­teurisme et con­tra­dic­tion de la direc­tion : les griefs des organ­i­sa­tions de salariés ne man­quent pas con­tre l’équipe de Patrick Drahi. Après un pre­mier mou­ve­ment de grève à la ren­trée, le repre­neur de l’ex Groupe Express Roular­ta, con­naît un nou­veau débrayage. Les salariés de la dizaine de mag­a­zines de GAM (L’Ex­press, L’Ex­pan­sion, L’Étudiant, etc) sont appelés à pos­er leur sty­los cet après-midi. Si elle ne remet pas en cause la sor­tie des titres, la plu­part men­su­els, cette grève est avant tout un aver­tisse­ment, un coup de semonce. Dans un tract au vit­ri­ol, les syn­di­cats de GAM, pour­tant d’habi­tude mod­érés, met­tent au pilori les pre­miers pro­jets annon­cés. Ils men­a­cent de dur­cir le mou­ve­ment dès demain si la direc­tion ne revient pas sur ses pro­jets les plus emblématiques.

Les refontes, prévues en mars 2016, du men­su­el L’Ex­pan­sion et du news­magazine heb­do­madaire L’Ex­press, les deux mar­ques phares du groupe, cristallisent les mécon­tente­ments. Selon nos infor­ma­tions, le men­su­el économique créé par Jean Bois­son­nat et dont la rédac­tion sera réduite à peau de cha­grin, serait doté à l’avenir d’une ligne édi­to­ri­ale pos­i­tive. Les bonnes pra­tiques et les suc­cess sto­ries des entre­pris­es y occu­peraient une place de choix. Christophe Bar­bi­er, le directeur délégué et des rédac­tions de GAM, a égale­ment provo­qué la sur­prise le 18 octo­bre lorsqu’il a présen­té le futur Express. D’après l’homme à l’écharpe rouge, le news­magazine sera doré­na­vant écrit par une rédac­tion d’élite ( ?) et des­tiné à un pub­lic d’élite. Ce nou­veau con­cept tranche claire­ment avec le cre­do grand pub­lic de son fon­da­teur, Jean-Jacques Ser­van-Schreiber. L’Express, repris cinq fois au min­i­mum depuis sa créa­tion, pour­rait cette fois y per­dre défini­tive­ment son âme, selon des salariés très attachés à la cul­ture de leur entreprise.