Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’essor des webs télés, le succès de TVL
Publié le 

27 avril 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | L’essor des webs télés, le succès de TVL

L’essor des webs télés, le succès de TVL

Les télévisions sur internet sont à la mode. Beaucoup moins coûteuses à réaliser et à diffuser, elles ne passent pas par le satellite, le câble ou la TNT, vous les regardez simplement via une liaison wifi ou une application dédiée, sur votre ordinateur et de plus en plus sur votre téléphone ou votre tablette.

Multiplicité des genres

Chaines musi­cales, sportives, locales, doc­u­men­taires, ani­mal­ières, artis­tiques, économiques, finan­cières, d’animation, de pok­er, d’humour elles sont plusieurs cen­taines à sol­liciter votre atten­tion. Sans compter les grandes chaines elles aus­si présentes sur ce mode de dif­fu­sion.

La poli­tique n’est pas absente. La France Insoumise a sa chaine (non revendiquée comme telle), Le Média, qui fait plus par­ler d’elle par ses con­flits internes que par son aura. Le col­lec­tif de jour­nal­istes les Orwelliens sem­ble avoir rem­placé sa chaine par celle de Nat­acha Polony. Le jour­nal­iste André Bercoff et l’avocat William Gold­nadel ont créé La France Libre. Rus­sia Today s’est lancé via ce créneau avant de con­clure un accord avec Free et Orange pour la dif­fu­sion par câble.

TVL précurseur

Fondée en 2014 par Philippe Mil­li­au, classée à droite de l’échiquier poli­tique TV Lib­ertés (TVL), mem­bre du groupe Lib­ertés, voi­sine avec une web radio (Radio Lib­ertés) et une con­stel­la­tion de sites inter­net qui agis­sent comme des cor­re­spon­dants locaux. Sites régionaux comme ParisVox, Alsace Actu, Nice Provence Info, Breizh Info, Lengadoc Info, Toulouse Info, Bor­deaux Info et d’autres, site thé­ma­tique comme Eurolib­ertés. Ou encore le Viseg­rád Post, dédié à l’Europe Cen­trale et de l’est, édité en trois langues, français, anglais et alle­mand.

Qua­tre ans plus tard, le suc­cès est au ren­dez-vous. Le pre­mier suc­cès étant – out­re la survie qui n’était pas don­née au départ — celui d’un sys­tème économique par­ti­c­uli­er, l’économie du don, chère à Mar­cel Mauss. La télévi­sion est gra­tu­ite et financée par plusieurs dizaines de mil­liers de dona­teurs par­ti­c­uliers. Un mod­èle très com­mun Out­re-Atlan­tique mais encore peu dévelop­pé en France. Un sys­tème non marc­hand, sans pub­lic­ité, sans sub­ven­tions mais qui con­traint à une économie de moyens qui lim­ite le développe­ment.

Une forte présence sur les réseaux sociaux

Une poli­tique sys­té­ma­tique d’utilisation des réseaux soci­aux (140.000 abon­nés Face­book, 26.000 sur Twit­ter, 80.000 sur YouTube, etc…) a sans doute per­mis de pop­u­laris­er les émis­sions. D’après les dirigeants, les vidéos sur YouTube (repris­es inclus­es) représen­tent 3 mil­lions de vues par mois, celles sur Face­book presque le triple.

Inter­rogé par l’Observatoire, Philippe Mil­li­au insiste sur le car­ac­tère orig­i­nal des infor­ma­tions présen­tées. TVL n’est pas un agré­ga­teur de con­tenus extérieurs mais un créa­teur de con­tenus orig­in­aux. Il souligne que TVL rend compte via des reportages d’événements occultés ou min­imisés par les médias dom­i­nants. Et de citer comme exem­ple l’actualité en Europe de l’est avec la cou­ver­ture des élec­tions en Hon­grie où le Figaro s’était illus­tré en annonçant comme prob­a­ble la défaite de Vic­tor Orban. https://www.ojim.fr/elections-en-hongrie-comment-le-figaro-prend-ses-desirs-pour-des-realites-et-se-prend-les-pieds-dans-le-tapis/

Les émis­sions les plus regardées sont celles qui offrent le plus de con­tenu. La Chronique i‑médias ani­mée par Jean-Yves Le Gal­lou et con­sacrée à l’analyse cri­tique de l’actualité médi­a­tique et le jour­nal télévisé (JT) du soir avec ses deux présen­ta­teurs vedettes Elise Blaise et Olivi­er Frère­jacques sont par­mi les plus pop­u­laires. Sans oubli­er le plateau Bistrot Lib­ertés ani­mé par Mar­tial Bild, qui reçoit un invité par­mi un pan­el de chroniqueurs, rap­pelant un peu le pop­u­laire Droit de réponse. D’autres pro­grammes sont dédiés au sport, au religieux, à l’histoire, aux arti­sans ou asso­ciés à une revue comme Elé­ments.

Le groupe souhaite s’associer dans l’avenir à un max­i­mum de vecteurs tra­vail­lant dans le même courant poli­tique en Europe. Ces syn­er­gies per­me­t­traient des économies d’échelle et des échanges de pro­gramme. Le mod­èle de finance­ment reste un prob­lème, la mul­ti­plic­ité des dona­teurs assure un haut degré d’indépendance mais des recettes sans pub­lic­ité ni sub­ven­tions lim­i­tent le nom­bre d’émissions chères à pro­duire comme les reportages.

 

 

 

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision