Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Les perles du journal « Le Parisien », expert es « pas d’amalgame »

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

6 août 2016

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Les perles du journal « Le Parisien », expert es « pas d’amalgame »

Les perles du journal « Le Parisien », expert es « pas d’amalgame »

Temps de lecture : 3 minutes

[Pre­mière dif­fu­sion le 12 mars 2016] Red­if­fu­sions esti­vales 2016

Le « Padamalgam » décrit par Le Monde comme « sinistre point de ralliement de l’islamophobie en ligne » fait partie du quotidien de nos chaines de télévision et médias grand public à tel point que de nombreux « Je Suis Charlie » refusent toujours de faire le lien entre les attentats terroristes qui ont frappé Paris en janvier et novembre 2015 et l’islam. Les auteurs étant pourtant tous musulmans et ont crié, non pas, « vive la choucroute ! » mais bien « Allahou Akbar ! »

Dans la rubrique « faits divers », le quo­ti­di­en Le Parisien s’illustre tout par­ti­c­ulière­ment en la matière. Cer­tains de leurs jour­nal­istes sont par exem­ple capa­bles de faire tout un arti­cle sur les agres­sions à Grigny dans l’Essonne (véri­ta­ble zone de non-droit) sans pronon­cer une seule fois le mot « immi­gra­tion ».

Ils sont capa­bles aus­si de chang­er leurs titres du jour au lende­main pour éviter toute stig­ma­ti­sa­tion (cap­ture d’écran ci-dessous) comme par exem­ple lors de l’accident d’un enfant Rom ren­ver­sé à Paris par un chauf­fard d’origine algérienne.

[fancy_images width=“385” height=“385”]
[image title=“Le Parisien” alt=“Le Parisien” caption=“Le Parisien, août 2015”]https://www.ojim.fr/wp-content/uploads/2016/03/illustration‑1.jpg[/image]
[/fancy_images]

Dans Le Parisien, l’enfant Rom est devenu un enfant roumain pour éviter tout amal­game. Rap­pelons que celui-ci s’est fait écras­er en fuyant la police qui dis­per­sait des vendeurs illé­gaux (« à la sauvette »).

Plus grave encore dans la caté­gorie « deux poids deux mesures » employée par le jour­nal, celle de ne presque jamais pub­li­er l’origine des auteurs de dél­its lorsqu’ils sont étrangers ou d’origine étrangère alors qu’il s’empresse de le faire, générale­ment avec un luxe de détails, lorsque ce sont des Français qui se rebel­lent con­tre le pou­voir social­iste en place… comme par exem­ple lors du « jour de colère » (voir ci-dessous).

[fancy_images width=“385” height=“385”]
[image title=“Le Parisien” alt=“Le Parisien” caption=“Le Parisien, jan­vi­er 2014”]https://www.ojim.fr/wp-content/uploads/2016/03/illustration‑2.jpg[/image]
[/fancy_images]

[fancy_images width=“385” height=“385”]
[image title=“Le Parisien” alt=“Le Parisien” caption=“Le Parisien, févri­er 2014”]https://www.ojim.fr/wp-content/uploads/2016/03/illustration‑3.jpg[/image]
[/fancy_images]

Notons que cette fois, Le Parisien n’a fait que de copier/coller la dépêche AFP en s’apercevant ensuite qu’il n’était peut-être pas oppor­tun de pub­li­er tout le cur­ricu­lum vitae des qua­tre « condamnés ».

Depuis, l’article a été mod­i­fié … dans Le Parisien, mais il est tou­jours en ligne dans Libéra­tion.

En matière de titre, Le Parisien n’hésite devant rien, osant ce titre fab­uleux il y a quelques semaines : « Vic­time d’un car jack­ing en gare d’Epinay-sur-Orge à cause du givre ». Iront ils jusqu’à inciter les vic­times à porter plainte con­tre Météo-France ?

Chaque jour, dans Le Parisien, con­sul­tez la rubrique fait divers, vous y trou­verez une mine d’informations, mais cherchez bien, vous ne trou­verez qua­si­ment jamais le pro­fil des auteurs de dél­its …surtout lorsqu’ils appar­ti­en­nent à une « communauté ».