Accueil | Actualités | Médias | Les perles du journal « Le Parisien », expert es « pas d’amalgame »
Pub­lié le 6 août 2016 | Éti­quettes : ,

Les perles du journal « Le Parisien », expert es « pas d’amalgame »

[Première diffusion le 12 mars 2016] Rediffusions estivales 2016

Le « Padamalgam » décrit par Le Monde comme « sinistre point de ralliement de l'islamophobie en ligne » fait partie du quotidien de nos chaines de télévision et médias grand public à tel point que de nombreux « Je Suis Charlie » refusent toujours de faire le lien entre les attentats terroristes qui ont frappé Paris en janvier et novembre 2015 et l’islam. Les auteurs étant pourtant tous musulmans et ont crié, non pas, « vive la choucroute ! » mais bien « Allahou Akbar ! »

Dans la rubrique « faits divers », le quotidien Le Parisien s’illustre tout particulièrement en la matière. Certains de leurs journalistes sont par exemple capables de faire tout un article sur les agressions à Grigny dans l’Essonne (véritable zone de non-droit) sans prononcer une seule fois le mot « immigration ».

Ils sont capables aussi de changer leurs titres du jour au lendemain pour éviter toute stigmatisation (capture d'écran ci-dessous) comme par exemple lors de l’accident d’un enfant Rom renversé à Paris par un chauffard d’origine algérienne.

[fancy_images width="385" height="385"]
[image title="Le Parisien" alt="Le Parisien" caption="Le Parisien, août 2015"]https://www.ojim.fr/wp-content/uploads/2016/03/illustration-1.jpg[/image]
[/fancy_images]

Dans Le Parisien, l’enfant Rom est devenu un enfant roumain pour éviter tout amalgame. Rappelons que celui-ci s’est fait écraser en fuyant la police qui dispersait des vendeurs illégaux (« à la sauvette »).

Plus grave encore dans la catégorie « deux poids deux mesures » employée par le journal, celle de ne presque jamais publier l’origine des auteurs de délits lorsqu’ils sont étrangers ou d’origine étrangère alors qu’il s’empresse de le faire, généralement avec un luxe de détails, lorsque ce sont des Français qui se rebellent contre le pouvoir socialiste en place… comme par exemple lors du « jour de colère » (voir ci-dessous).

[fancy_images width="385" height="385"]
[image title="Le Parisien" alt="Le Parisien" caption="Le Parisien, janvier 2014"]https://www.ojim.fr/wp-content/uploads/2016/03/illustration-2.jpg[/image]
[/fancy_images]

[fancy_images width="385" height="385"]
[image title="Le Parisien" alt="Le Parisien" caption="Le Parisien, février 2014"]https://www.ojim.fr/wp-content/uploads/2016/03/illustration-3.jpg[/image]
[/fancy_images]

Notons que cette fois, Le Parisien n’a fait que de copier/coller la dépêche AFP en s’apercevant ensuite qu’il n’était peut-être pas opportun de publier tout le curriculum vitae des quatre « condamnés ».

Depuis, l’article a été modifié … dans Le Parisien, mais il est toujours en ligne dans Libération.

En matière de titre, Le Parisien n’hésite devant rien, osant ce titre fabuleux il y a quelques semaines : « Victime d’un car jacking en gare d’Epinay-sur-Orge à cause du givre ». Iront ils jusqu’à inciter les victimes à porter plainte contre Météo-France ?

Chaque jour, dans Le Parisien, consultez la rubrique fait divers, vous y trouverez une mine d’informations, mais cherchez bien, vous ne trouverez quasiment jamais le profil des auteurs de délits …surtout lorsqu’ils appartiennent à une « communauté ».

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This