Accueil | Actualités | Médias | Les médias suppriment de plus en plus d’emplois
Pub­lié le 29 octobre 2013 | Éti­quettes : , , ,

Les médias suppriment de plus en plus d’emplois

Selon Le Monde, c'est « au moins un millier d'emplois qui sont menacés » dans les médias en octobre 2013 dont 350 chez Largardère Active ou encore 180 à 200 à Nice-Matin. Sur toute l'année 2013, c'est « au moins 1 500 emplois (qui) ont été supprimés ou sont menacés de l'être », contre 1 158 en 2012 (selon un comptage du sociologue et spécialiste des médias Jean-Marie Charon).

Les « précaires » (CDD d'usage, CDD, pigistes) n'entrent pas dans ce comptage. En les y incluant, rien qu'à France Télévisions, ce serait non plus 361 postes qui vont être supprimés mais environ un millier, affirment les syndicats, soit 10% de l'effectif temps plein. Embaucher tout en licenciant étant interdit en France, cela en dit également long sur les débouchés des écoles de journalisme. Une exception à ces mauvais chiffres : la version française du pure-player Huffington Post, qui a créé 9 emplois et voit ses effectifs atteindre désormais 17 salariés.

Marqué à gauche, le Syndicat national des journalistes dénonce « un financement défectueux » de la part de l'État, en redevance, aides directes et indirectes. Il réclame notamment l'extension de la redevance télévisuelle à tous les écrans… Pas sûr que le contribuable-internaute français soit enthousiaste à cette idée ni que cela résolve tous les problèmes de nos médias.

Crédit photo : Unédic via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This