Accueil | Actualités | Médias | Les médias suppriment de plus en plus d’emplois
Pub­lié le 29 octobre 2013 | Éti­quettes : , , ,

Les médias suppriment de plus en plus d’emplois

Selon Le Monde, c'est « au moins un millier d'emplois qui sont menacés » dans les médias en octobre 2013 dont 350 chez Largardère Active ou encore 180 à 200 à Nice-Matin. Sur toute l'année 2013, c'est « au moins 1 500 emplois (qui) ont été supprimés ou sont menacés de l'être », contre 1 158 en 2012 (selon un comptage du sociologue et spécialiste des médias Jean-Marie Charon).

Les « précaires » (CDD d'usage, CDD, pigistes) n'entrent pas dans ce comptage. En les y incluant, rien qu'à France Télévisions, ce serait non plus 361 postes qui vont être supprimés mais environ un millier, affirment les syndicats, soit 10% de l'effectif temps plein. Embaucher tout en licenciant étant interdit en France, cela en dit également long sur les débouchés des écoles de journalisme. Une exception à ces mauvais chiffres : la version française du pure-player Huffington Post, qui a créé 9 emplois et voit ses effectifs atteindre désormais 17 salariés.

Marqué à gauche, le Syndicat national des journalistes dénonce « un financement défectueux » de la part de l'État, en redevance, aides directes et indirectes. Il réclame notamment l'extension de la redevance télévisuelle à tous les écrans… Pas sûr que le contribuable-internaute français soit enthousiaste à cette idée ni que cela résolve tous les problèmes de nos médias.

Crédit photo : Unédic via Flickr (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.