Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Les Jours : lancement d’un nouveau pure player par des anciens de Libé
Les Jours : lancement d’un nouveau pure player par des anciens de Libé

14 février 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Les Jours : lancement d’un nouveau pure player par des anciens de Libé

Les Jours : lancement d’un nouveau pure player par des anciens de Libé

Les Jours : lancement d’un nouveau pure player par des anciens de Libé

Ils veulent incarner « la deuxième génération des pure players. C’est-à-dire donner une place très importante à l’image, travailler à une mise en scène graphique au quotidien ».

Ils ont, comme presque tous les jour­naux qui se créent, l’ « ambi­tion de racon­ter l’info autrement ». Un pilote du site inter­net Les Jours a été mis en ligne le 11 févri­er dernier.

Der­rière ce nou­veau site d’information, une équipe d’anciens de Libéra­tion, qui ont prof­ité de leur clause de ces­sion pour quit­ter Libé au moment de son rachat par Patrick Drahi : Olivi­er Bertrand, (l’homme qui trou­vait qu’à Mar­seille, le jour­nal­isme était vir­il), Nico­las Cori, Sophi­an Fanen, Raphaël Gar­ri­gos, Isabelle Roberts, Alice Géraud, Antoine Guiral et Char­lotte Rot­man. Leur point com­mun ? « La même envie d’un jour­nal­isme de révéla­tions exigeant, inno­vant, grinçant », mais aus­si, à la lec­ture de la présen­ta­tion de chaque mem­bre de l’équipe, une prédilec­tion com­mune pour des sujets de société claire­ment ori­en­tés : « les ques­tions de racisme et de dis­crim­i­na­tions », les ban­lieues, le vote FN, etc. Si pour les con­cep­teurs du site, « l’idée n’est pas de refaire Libé », force est de con­stater que les thèmes abor­dés restent sen­si­ble­ment les mêmes.

Les Jours va fonc­tion­ner comme une série de télévi­sion, en feuil­letons appelés « obses­sions ». À ce jour, sur le site pro­vi­soire du jour­nal, on en trou­ve déjà quelques-unes : « L’empire », sur Bol­loré et Canal+, « Les années col­lège », qui suit la vie d’une classe d’un étab­lisse­ment du nord de Paris, ou encore « Les revenants » con­sacrés au retour en France de dji­hadistes… Les obses­sions sont « des sujets qui façon­nent notre ligne édi­to­ri­ale, notre vision du monde et qui se cog­nent à l’actualité », expliquent Isabelle Roberts et Raphaël Gar­ri­gos à Téléra­ma.

Tou­jours sous l’influence de la télévi­sion, voire même de la téléréal­ité, Les Jours souhaite, dans un sec­ond temps, « racon­ter en temps réel la vie de la rédac­tion »…

Côté finances, les créa­teurs du pure play­er ont réu­nis 80 000 euros via un finance­ment par­tic­i­patif (« crow­fund­ing »). Ils espèrent pour­suiv­re dans la même lancée, jusqu’à un mil­lion via la plate­forme de finance­ment par­tic­i­patif Anaxa­go. Le site sera payant. S’il ne compte pour le moment que 1400 pré-abon­nés, l’objectif est d’arriver à 25 000 avant la fin 2018. Le seuil de la rentabilité.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.