Accueil | Actualités | Médias | Les Échos se penchent sur la presse de demain
Pub­lié le 15 décembre 2012 | Éti­quettes : , ,

Les Échos se penchent sur la presse de demain

« Pour la première fois cette année, on passe plus de temps à s'informer sur internet qu'à la télévision ». C'est un constat sans appel qui a été dressé par Francis Morel, PDG du groupe Les Echos, dans son introduction à la conférence Médias 2012, organisée par son groupe de presse, le 11 décembre dernier.

Conséquence directe de cette « hyper-connection » des consommateurs, la presse et la publicité doivent s'adapter. Ainsi, « en 2013, les investissements publicitaires sur internet seront supérieurs à ceux de la presse », constate Axel Ganz, gérant de la société de presse AG+J. Plusieurs évolutions ont donc été présentées par les intervenants de ce colloque.

Pour le sociologue Jean-Marie Charon, spécialiste de la question, les groupes de presse se doivent d'être innovants, et doivent, par là même, renouveler « la relation entre journalistes et experts », ces derniers étant de plus en plus sollicités. En revanche, pour le directeur général du secteur numérique des Echos, Frédéric Filloux, c'est à la publicité de s'améliorer et de s'intégrer au contenu éditorial, en proposant moins de publicité « traditionnelle » et plus de « brand content », autrement dit du contenu produit directement par une marque à des fins publicitaires, celle-ci se transformant ainsi en quelque sorte en son propre médium.

En bref, pour survivre ou pour continuer à se développer, selon les points de vue, les groupes de presse sont de plus en plus forcés de lier des « partenariats » avec des marques.

Source : Correspondance de la presse / www.lesechos-conferences.fr. Crédit photo : capture d'écran LesÉchos.fr

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux