Accueil | Actualités | Médias | Les Échos se penchent sur la presse de demain
Pub­lié le 15 décembre 2012 | Éti­quettes : , ,

Les Échos se penchent sur la presse de demain

« Pour la première fois cette année, on passe plus de temps à s'informer sur internet qu'à la télévision ». C'est un constat sans appel qui a été dressé par Francis Morel, PDG du groupe Les Echos, dans son introduction à la conférence Médias 2012, organisée par son groupe de presse, le 11 décembre dernier.

Conséquence directe de cette « hyper-connection » des consommateurs, la presse et la publicité doivent s'adapter. Ainsi, « en 2013, les investissements publicitaires sur internet seront supérieurs à ceux de la presse », constate Axel Ganz, gérant de la société de presse AG+J. Plusieurs évolutions ont donc été présentées par les intervenants de ce colloque.

Pour le sociologue Jean-Marie Charon, spécialiste de la question, les groupes de presse se doivent d'être innovants, et doivent, par là même, renouveler « la relation entre journalistes et experts », ces derniers étant de plus en plus sollicités. En revanche, pour le directeur général du secteur numérique des Echos, Frédéric Filloux, c'est à la publicité de s'améliorer et de s'intégrer au contenu éditorial, en proposant moins de publicité « traditionnelle » et plus de « brand content », autrement dit du contenu produit directement par une marque à des fins publicitaires, celle-ci se transformant ainsi en quelque sorte en son propre médium.

En bref, pour survivre ou pour continuer à se développer, selon les points de vue, les groupes de presse sont de plus en plus forcés de lier des « partenariats » avec des marques.

Source : Correspondance de la presse / www.lesechos-conferences.fr. Crédit photo : capture d'écran LesÉchos.fr

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This