Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les Échos contre le populisme

21 novembre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Les Échos contre le populisme

Les Échos contre le populisme

Il ne se passe pas de jour où les médias de grand chemin ne reprennent comme un mantra « la démocratie est menacée par les populismes ». Le président Macron s’accroche à cet antienne pour les prochaines élections européennes : les progressistes-amis-de-la-paix nous protègeront contre les nationalistes-fauteurs-de-guerre. Un hymne mis en musique également dans Les Échos de Bernard Arnault sous forme de « bon enseignement de l’économie » le 13 novembre 2018 par Jean Peyrelevade.

Maître Peyrelevade

Un des pre­miers sou­tiens d’Emmanuel Macron, ancien mem­bre du cab­i­net de Pierre Mau­roy, arti­san act­if du tour­nant de la rigueur en 1982/1983 (le prési­dent Mit­ter­rand tour­nant le dos à toutes ses promess­es de cam­pagne), négo­ci­a­teur de l’implantation d’EuroDysney en France, admin­is­tra­teur de sociétés, Peyrel­e­vade est un mem­bre émi­nent de l’establishment. En 2006 Jean Peyrel­e­vade signe plaider coupable avec la jus­tice améri­caine dans le cadre de l’affaire Exec­u­tive Life. Il accepte une peine de 500 000 dol­lars d’a­mende, cinq ans de mise à l’épreuve et trois ans d’in­ter­dic­tion d’en­trée sur le ter­ri­toire améri­cain pour, selon la jus­tice améri­caine, avoir fourni à la FED de fauss­es infor­ma­tions et avoir men­ti dans cette affaire.

Le bon enseignement de l’économie

Regret­tant (à juste titre) la faible con­nais­sance de l’économie par les Français, l’ami Jean fustige les approches qu’il appelle idéologiques de l’économie. Sans se ren­dre compte que l’économie est aus­si poli­tique. Ne pas le pren­dre en compte c’est sim­ple­ment jus­ti­fi­er la société telle qu’elle est et la dom­i­na­tion de la caste hors sol à laque­lle il appar­tient. Suiv­ent quelques portes ouvertes gen­ti­ment enfon­cées:

« La bonne méth­ode est, à mon avis, rad­i­cale­ment dif­férente. Une fois de plus, l’é­conomie se vit quo­ti­di­en­nement, de façon très con­crète, pour l’ensem­ble des citoyens. C’est de cette réal­ité que l’on doit par­tir, pour mon­ter pro­gres­sive­ment vers l’ab­strac­tionBien enten­du, cette approche doit être détail­lée tant au niveau microé­conomique (pour chaque entre­prise, chaque ménage) qu’en ter­mes macroé­conomiques. La compt­abil­ité nationale, agré­ga­tion des compt­abil­ités d’a­gents, doit être enseignée en même temps. La sépa­ra­tion des deux dis­ci­plines, à ce niveau élé­men­taire, n’a aucun sens ».

Cachant mal un projet politique

Le dia­ble mon­tre rapi­de­ment ses cornes et son pied fourchu, nous citons : « Une telle sit­u­a­tion frag­ilise la démoc­ra­tie et facilite la mon­tée des pop­ulismes, ver­sion Le Pen ou Mélen­chon ». Il suff­i­sait d’y penser : pour assur­er la péren­nité des class­es dom­i­nantes du monde libéral lib­er­taire il suf­fit d’enseigner que tout change­ment est impos­si­ble. De la même manière que la Com­mis­sion Européenne inter­dit au gou­verne­ment ital­ien de déter­min­er sa poli­tique économique. Comme le dis­ent les néo­con­ser­va­teurs anglo-sax­ons TINA There is no alter­na­tive (il n’y a pas d’alternative). Se réfu­giant der­rière « l’intérêt général » Jean Peyrel­e­vade défend les intérêts matériels et moraux qui ont per­mis l’élection d’Emmanuel Macron, les mêmes que ceux de la Com­mis­sion. Au fond il ne s’agit pas tant d’enseignement de l’économie que – comme l’indique naïve­ment le sous-titre de l’article – de bâtir une « arme con­tre le pop­ulisme ». Au moins les choses sont dites.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.