Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les comptes QAnon supprimés sur Facebook et Instagram, ou comment le conspirationnisme a bon dos

17 octobre 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Infographies | Les comptes QAnon supprimés sur Facebook et Instagram, ou comment le conspirationnisme a bon dos

Les comptes QAnon supprimés sur Facebook et Instagram, ou comment le conspirationnisme a bon dos

C’est entendu pour Facebook, Instagram et bien d’autres il n’y a pas d’État profond américain. Il n’y a pas non plus de lobby militaro-industriel lié aux agences de renseignement, les réseaux Soros sont inexistants et ceux qui diraient le contraire sont des « conspirationnistes » à éliminer. Vraiment ?

QAnon, kesaco ?

Le Q vient de l’utilisation de cette let­tre pour mar­quer le con­fi­den­tiel défense et le Anon est le début de Anony­mous. On pour­rait traduire par « con­fi­den­tiel défense anonyme ».

QAnon est un mou­ve­ment typ­ique­ment améri­cain, dif­fi­cile à com­pren­dre pour un esprit européen. Ses mem­bres qui sem­blent très act­ifs sur les réseaux soci­aux sont con­va­in­cus qu’un Etat pro­fond, for­mé essen­tielle­ment par des mil­liar­daires démoc­rates (mais aus­si par un cer­tain nom­bre de répub­li­cains), con­trôle la vie poli­tique du pays. Cette nomen­klatu­ra cachée s’appuierait sur le lob­by mil­i­taro-indus­triel et aurait des pra­tiques pédophiles crim­inelles. Les QAnon sou­ti­en­nent Trump.

Suppression des comptes

Face­book annonçait le 6 octo­bre 2020, la sup­pres­sion de tous les comptes, pages et groupes liés à la mou­vance QAnon, sur sa plate-forme prin­ci­pale et sur Insta­gram. Ceci en pleine cam­pagne élec­torale prési­den­tielle améri­caine. Dès le mois d’août la société avait pris des mesures pour empêch­er les comptes de la mou­vance de faire de la pub­lic­ité et de ven­dre des pro­duits afin de l’assécher finan­cière­ment. Ces mesures per­me­t­taient aus­si de rétro­grad­er les fils d’actualité, de lim­iter leur dif­fu­sion. Face­book pré­cise que même les pages qui ne « con­ti­en­nent pas de con­tenus vio­lents » seront sup­primées si elles sont asso­ciées à la mou­vance, a pré­cisé Face­book dans son com­mu­niqué.

Une chasse aux sorcières qui interroge

Il ne nous appar­tient pas en tant qu’européens de juger du bien ou du mal fondé des asser­tions divers­es de QAnon. Mais ses adeptes expri­ment des opin­ions, que l’on peut partager, trou­ver ridicules, com­bat­tre , c’est selon. Ces opin­ions sont pro­tégées aux Etats Unis par le pre­mier amende­ment de la Con­sti­tu­tion. Face­book cen­sure donc offi­cielle­ment des opin­ions qui lui déplaisent. Des opin­ions con­trôlées au som­met par un « con­seil mon­di­al de sur­veil­lance » dont les pre­mières nom­i­na­tions vien­nent des cer­cles financés par George Soros ou bien proches de la gauche libérale lib­er­taire.

De manière para­doxale la sup­pres­sion des comptes de QAnon par Face­book viendrait d’une cer­taine manière con­firmer l’existence sinon d’un État pro­fond, du moins de ram­i­fi­ca­tions poli­tiques, économiques, idéologiques, médi­a­tiques pro­tégeant cer­tains intérêts matériels et moraux désireux de con­serv­er et d’accroître leurs pou­voirs.

Emmanuel Macron conspirationniste ?

Lors des réu­nions du G7 en 2019 Emmanuel Macron a employé plusieurs fois le terme « État pro­fond », coupable selon lui de résis­tances vis-à-vis de cer­tains de ses choix stratégiques. Au sujet du som­met de Biar­ritz, qui n’a pas don­né lieu à un com­mu­niqué final, il se plaig­nait de « chicayas de bureau­crates et d’Etats pro­fonds ». Et il ajoutait le 21 août 2919 « Je ne veux pas être l’otage de gens qui négo­cient des com­mu­niqués pour moi ». Face­book devra t’il cen­sur­er le prési­dent français s’il emploie de nou­veau le terme inter­dit d’« Etat pro­fond » ?

PS : Le 17 jan­vi­er 1961 dans un dis­cours télévisé fameux de fin de man­dat, Ike Eisen­how­er met­tait en garde ses com­pa­tri­otes, nous citons :

« Dans les con­seils du gou­verne­ment, nous devons pren­dre garde à l’ac­qui­si­tion d’une influ­ence illégitime, qu’elle soit recher­chée ou non, par le com­plexe mil­i­taro-indus­triel. Le risque d’un développe­ment désas­treux d’un pou­voir usurpé existe et per­sis­tera. »

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.

Tristan Mendès France

PORTRAIT — Petit-fils de Pierre Mendès France et neveu de Frantz Fanon, l’homme pense marcher dans les pas du pre­mier, pas peu fier d’avoir hérité d’un cos­tume trop grand pour lui.