Accueil | Actualités | Médias | Le Vanity Fair français déjà en rupture de stock ?
Pub­lié le 30 juin 2013 | Éti­quettes : , , ,

Le Vanity Fair français déjà en rupture de stock ?

Lancé ce mercredi 26 juin, le Vanity Fair français, dirigé par Michel Denisot, aurait pulvérisé son objectif de vente.

Si L’Express annonçait dès jeudi soir le chiffre de 400 000 numéros écoulés pour la seule journée de mercredi, l’attaché de presse du magazine confie à 20 Minutes qu’il est « beaucoup trop tôt pour annoncer un chiffre de ventes ». « Ça part bien ! Les ventes sont au-delà de nos espérances », assure-t-il néanmoins.

Si le chiffre de 400 000 était réel, cela signifierait que le premier numéro de Vanity Fair, tiré justement à 400 000 exemplaires et vendu 2 euros, serait déjà en rupture de stock. Rappelons que son objectif initial était de 100 000 ventes. Un objectif semble-t-il déjà bien franchi. Selon L’Express, c’est « du jamais vu dans les kiosques depuis 15 ans ».

Crédit photo : montage Ojim (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux