Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Le site hongrois Átlátszó condamné pour diffamation de l’Ojim

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

2 décembre 2021

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le site hongrois Átlátszó condamné pour diffamation de l’Ojim

Le site hongrois Átlátszó condamné pour diffamation de l’Ojim

Temps de lecture : 2 minutes

Depuis le début de 2020, l’Observatoire du journalisme a son équivalent à Budapest, TUA, Transparens Ujsargiraset Alatpitvany, (Fondation pour la Transparence du Journalisme) qui avait été diffamé ainsi que l’Ojim par un site hongrois (atlaszo.hu) de la galaxie Soros. Ce site vient d’être condamné de nouveau par la Haute Cour de Justice Hongroise.

Átlátszó et Soros

Sur leur site, les organ­isa­teurs précisent :

Insti­tu­tion­al donors include var­i­ous pro­grams of the Open Soci­ety Foun­da­tions, and a grant from Fritt Ord. We are col­lect­ing income tax 1 per­cents and run a train­ing project fund­ed by the Nor­way NGO Fund through a part­ner­ship with Asi­mov Foundation.”

Átlátszó et l’Ojim hongrois

Le site avait pub­lié en jan­vi­er 2020 un arti­cle bour­ré d’approximations, de men­songes, de cita­tions inven­tées sur les deux Ojim ; il a été con­damné en pre­mière instance en juil­let 2020. Puis en appel en jan­vi­er 2021. La Haute Cour de Jus­tice de Budapest a de nou­veau con­damné Átlát­szó à pub­li­er le juge­ment pour « fauss­es allé­ga­tions » – ce qu’ils avaient omis de faire – et l’a con­damné aux dépens. Notre parte­naire TUA s’est félic­ité de ce juge­ment définitif :

« Ce juge­ment a ren­for­cé l’utilité de notre tra­vail. Avec notre parte­naire français, nous sommes décidés à lut­ter con­tre de telles fake-news. Nous tra­vaillerons au plus près du réel pour un jour­nal­isme de nou­veau décent ».

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés