Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Le prix Pulitzer couronne les révélations de Snowden

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

18 avril 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le prix Pulitzer couronne les révélations de Snowden

Le prix Pulitzer couronne les révélations de Snowden

Temps de lecture : 2 minutes

Lundi 14 avril, le Washington Post et l’édition américaine du Guardian ont reçu le prix Pulitzer pour leur travail autour des révélations d’Edward Snowden.

Ce dernier, ancien con­sul­tant de la NSA, avait, en juin 2013, mis en lumière le sys­tème d’é­coute de l’a­gence de la sécu­rité nationale améri­caine, ce qui avait sus­cité une vive polémique. Glenn Green­wald, pour The Guardian, et Bar­ton Gell­man, du Wash­ing­ton Post, avaient tout deux recueil­lis ses infor­ma­tions et son témoignage.

Pour Edward Snow­den, qui s’est exprimé par com­mu­niqué, cette récom­pense « va dans le sens de tous ceux qui pensent que le pub­lic a un rôle dans le gou­verne­ment ». Il a égale­ment loué le tra­vail des jour­nal­istes mal­gré « une extra­or­di­naire intim­i­da­tion, y com­pris la destruc­tion for­cée de matériels jour­nal­is­tiques ou l’u­til­i­sa­tion inap­pro­priée des lois antiterroristes ».

Comme l’a rap­pelé l’ad­min­is­tra­teur du prix Pulitzer à l’u­ni­ver­sité Colum­bia, Sid Gissler, « le prix n’é­tait pas vrai­ment con­cen­tré sur M. Snow­den » mais sur les deux jour­naux qui ont « aidé à stim­uler cette dis­cus­sion très impor­tante sur l’équili­bre entre la vie privée et la sécurité ».

Sans ces révéla­tions, « nous n’au­ri­ons jamais su à quel point ce pays s’est éloigné des droits de l’in­di­vidu en faveur du pou­voir de l’État. Il n’y aurait pas eu de débat pub­lic sur le bon équili­bre entre vie privée et sécu­rité nationale. Et même le prési­dent a recon­nu que c’é­tait une dis­cus­sion qu’il fal­lait avoir », a con­clu le rédac­teur en chef du Wash­ing­ton Post, Mar­tin Baron.

Crédit pho­to : DR

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés