Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le prix Pulitzer couronne les révélations de Snowden

18 avril 2014

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Le prix Pulitzer couronne les révélations de Snowden

Le prix Pulitzer couronne les révélations de Snowden

Lundi 14 avril, le Washington Post et l’édition américaine du Guardian ont reçu le prix Pulitzer pour leur travail autour des révélations d’Edward Snowden.

Ce dernier, ancien con­sul­tant de la NSA, avait, en juin 2013, mis en lumière le sys­tème d’é­coute de l’a­gence de la sécu­rité nationale améri­caine, ce qui avait sus­cité une vive polémique. Glenn Green­wald, pour The Guardian, et Bar­ton Gell­man, du Wash­ing­ton Post, avaient tout deux recueil­lis ses infor­ma­tions et son témoignage.

Pour Edward Snow­den, qui s’est exprimé par com­mu­niqué, cette récom­pense « va dans le sens de tous ceux qui pensent que le pub­lic a un rôle dans le gou­verne­ment ». Il a égale­ment loué le tra­vail des jour­nal­istes mal­gré « une extra­or­di­naire intim­i­da­tion, y com­pris la destruc­tion for­cée de matériels jour­nal­is­tiques ou l’u­til­i­sa­tion inap­pro­priée des lois antiter­ror­istes ».

Comme l’a rap­pelé l’ad­min­is­tra­teur du prix Pulitzer à l’u­ni­ver­sité Colum­bia, Sid Gissler, « le prix n’é­tait pas vrai­ment con­cen­tré sur M. Snow­den » mais sur les deux jour­naux qui ont « aidé à stim­uler cette dis­cus­sion très impor­tante sur l’équili­bre entre la vie privée et la sécu­rité ».

Sans ces révéla­tions, « nous n’au­ri­ons jamais su à quel point ce pays s’est éloigné des droits de l’in­di­vidu en faveur du pou­voir de l’État. Il n’y aurait pas eu de débat pub­lic sur le bon équili­bre entre vie privée et sécu­rité nationale. Et même le prési­dent a recon­nu que c’é­tait une dis­cus­sion qu’il fal­lait avoir », a con­clu le rédac­teur en chef du Wash­ing­ton Post, Mar­tin Baron.

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

Claude Chollet et l’Observatoire du journalisme (OJIM) ont été mis en examen par le procureur de la République à la demande de Monsieur Ramzi Khiroun, ancien chauffeur et garde du corps de DSK et maintenant porte-parole du groupe Lagardère. La mise en examen porte sur le délit d’injures publiques, susceptible d’une amende de 12.000 € et de dommages et intérêts supplémentaires. La première audience a lieu le 7 octobre. Pour nous aider à nous défendre et à nous développer, rejoignez nos donateurs.

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.