Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le président Macron dans Valeurs Actuelles : les médias convenus mal à l’aise

4 novembre 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Le président Macron dans Valeurs Actuelles : les médias convenus mal à l’aise

Le président Macron dans Valeurs Actuelles : les médias convenus mal à l’aise

Un beau coup du magazine Valeurs Actuelles qui attire dans ses pages le représentant de ce qu’elles combattent habituellement ? Ou un beau coup de Macron, venu par surprise dans un magazine inattendu et peut-être pour y chasser un peu d’électorat préoccupé par l’immigration et l’islam ? Un peu des deux sans aucun doute. Réactions des médias.

Sur la cou­ver­ture de Valeurs Actuelles daté du 31 octo­bre au 6 novem­bre 2019, le prési­dent Macron a l’air sérieux bien que mal rasé et en bras de chemise. La tenue du jeune cadre dynamique en pleine réus­site.

Le titre : « Tête à tête avec Macron »

Autres accroches : « Immi­gra­tion, iden­tité… Les con­fi­dences explo­sives du prési­dent ». Avec une cita­tion du même : « L’échec de notre mod­èle se con­jugue avec la crise que vit l’islam ».

Avec tout cela, un lecteur non aver­ti, achetant Valeurs Actuelles pour la pre­mière fois, pour­rait penser que le prési­dent de la République a son rond de servi­ette dans les couloirs de l’hebdomadaire. Emmanuel Macron livre ses « con­fi­dences » sur qua­torze pages.

Comment le monde des médias réagit-il ?

  • Pour Le Parisien, c’est « un clin d’oeil du prési­dent à la droite » : « Le chef de l’Etat a accordé un long entre­tien sur l’immigration, l’islam et le com­mu­nau­tarisme à l’hebdomadaire ultra-droiti­er « Valeurs Actuelles ». Un choix qui ne doit rien au hasard ». Le quo­ti­di­en cite un député LREM qui trou­ve que « c’est quand même un peu fort de café ».
  • France 24 : « une inter­view au mag­a­zine très à droite ou à l’extrême droite, cela dépend des avis, Valeurs Actuelles ». La chaîne pré­cise qu’il a fal­lu « deux ans de trac­ta­tions pour avoir cet entre­tien exclusif ». Ques­tion : « Ce n’est pas le con­tenu qui inter­pelle mais plutôt la présence du chef de l’Etat dans ce genre de mag­a­zine ? ». Réponse : « Effec­tive­ment, ils ont été nom­breux à réa­gir ». Exem­ples : le social­iste David Assouline qui par­le de « banal­i­sa­tion du pire », le représen­tant de LFI Antoine Léau­ment qui par­le de « com­plic­ité » avec l’extrême droite, SOS Racisme « rap­pelle que le rôle du chef de l’Etat est d’assurer la cohé­sion nationale, ce qui ne passe en aucun cas par des clins d’oeil appuyés à un élec­torat qui rêve de la détru­ire », un jour­nal­iste de Libéra­tion qui tweet au sujet du prési­dent « vive­ment qu’il choi­sisse Rivarol pour par­ler d’antisémitisme ou Radio Cour­toisie pour par­ler de racisme » etc… Aucune réac­tion autre que de… gauche.
  • 20 min­utes : « Les déc­la­ra­tions d’Emmanuel Macron sur le voile et l’immigration dans un entre­tien à Valeurs Actuelles ont fait réa­gir la classe poli­tique ». Plus loin : « Ce choix du chef de l’Etat de s’adresser à un heb­do­madaire con­ser­va­teur, qual­i­fié d’extrême droite par plusieurs élus, et de « mag­a­zine spé­cial­isé dans la haine anti-musul­mans par le com­mu­niste Ian Brossat, a agité une par­tie de la classe poli­tique ». Sur twit­ter, Brossat a en effet écrit ceci : « 3 jours après un atten­tat con­tre une mosquée, le prési­dent de la république choisit de s’exprimer dans Valeurs Poubelle, mag­a­zine spé­cial­isé dans la haine anti-musul­mans. Un crachat au vis­age de ceux qui subis­sent cette haine au quo­ti­di­en ».

* D’autres réac­tions poli­tiques réper­cutées sur twit­ter :

Marine Le Pen : « Macron dans Valeurs Actuelles : il n’y a plus d’exécution des oblig­a­tions de quit­ter le ter­ri­toire, regrette-il. Il devrait s’en plain­dre au prési­dent de la République ».

Danielle Obono, chez Bour­din direct : « Avec cet entre­tien à Valeurs Actuelles, Emmanuel Macron met en oeu­vre sa stratégie visant à être face à Madame Le Pen en 2022, c’est un con­cen­tré des pro­pos car­i­cat­u­raux sur les thé­ma­tiques d’extrême droite que lui et son gou­verne­ment répè­tent depuis des mois ». Elle va un peu plus loin en dis­ant que Macron « con­tribue à créer un cli­mat de guerre civile ».

Les Inrocks par­lent de « tol­lé » et citent les réac­tions de plusieurs jour­nal­istes, comme Ellen Salvi de Médi­a­part pour qui Valeurs Actuelles est un « drôle d’endroit pour sceller un acte II. Enfin « drôle, on s’entend ».

Libéra­tion, par la voix de son directeur de la pub­li­ca­tion Lau­rent Jof­frin, sous le titre « Valeurs du prési­dent actuel ». Pour lui, Valeurs Actuelles serait « l’organe de la droite silex (…) comme s’il allait faire l’éloge de la chas­se à courre dans Veg­an mag­a­zine (…) Il s’épanche soudain dans un heb­do d’extrême droite (…) Serait-ce à ses yeux le jour­nal de « tous les Français » ? Ou bien devrait-il le devenir, oblig­eant « tous les Français » à acheter le numéro, remar­quable coup de pouce com­mer­cial ? (…) Apparem­ment, le Prési­dent entre­tient avec cette rédac­tion des rap­ports plus cor­diaux qu’avec bien d’autres (…) Il faut crain­dre qu’il y ait là une con­ver­gence d’intérêt… Lau­rent Jof­frin paraît bien proche de la retraite en cet édi­to­r­i­al tout en absence de nuances.

Le Monde titre « Entre Emmanuel Macron et Valeurs Actuelles, les secrets d’un flirt ». Accroche : Le prési­dent a choisi l’hebdomadaire ultra-con­ser­va­teur pour se con­fi­er longue­ment sur l’immigration et l’islam, imposant ain­si l’idée d’un duel inévitable avec l’extrême droite en 2022 ». Notons que Le Monde, à son corps défen­dant, se trou­ve dans l’obligation de ne pas qual­i­fi­er Valeurs Actuelles d’extrême droite, ce qui serait embê­tant puisque c’est là, que son prési­dent choisi par­le. Il con­state : « Per­son­ne n’est dupe : le pas de deux entre Valeurs actuelles et Emmanuel Macron ressem­ble à une somme d’intérêts bien com­pris »

Fran­ce­in­fo par­le d’hebdomadaire « ultra con­ser­va­teur » puis se con­tente de résumer l’entretien.

Même retenue du côté du Point.

Mar­i­anne trou­ve l’Elysée gêné et en même temps que le chef de l’Etat ne dit rien de très nou­veau. VA est con­sid­éré comme « très droiti­er ».

* Seul Le Figaro n’essaie pas de qual­i­fi­er l’hebdomadaire VA en titrant « Dans Valeurs Actuelles, Macron dénonce l’humiliation infligée à la mère voilée », avec comme accroche : « Le prési­dent s’est con­fié à l’hebdomadaire au retour de sa tournée ultra­ma­rine. Il réclame plus de fer­meté con­tre l’immigration illé­gale ».

Quels enseignements tirer de cet entretien et surtout des réactions qu’il suscite ?

  • L’actuel prési­dent de la république con­naît l’art de la tri­an­gu­la­tion.
  • Le mag­a­zine Valeurs Actuelles a réal­isé un très joli coup édi­to­r­i­al.
  • Il est cepen­dant qual­i­fié par presque toute la presse de mag­a­zine d’ultra ou d’extrême droite, ou bien d’ultra con­ser­va­teur.
  • L’ensemble donne une intéres­sante idée de la lib­erté d’expression et d’opinion en France, ain­si que de la couleur poli­tique majori­taire des médias : vent debout con­tre un entre­tien, con­tre un sim­ple entre­tien du prési­dent dans un heb­do­madaire qui n’a « d’extrême droite » que le fan­tasme du « matin brun » à venir sup­posé par le par­ti des médias con­venus.
  • Ce même par­ti qui a joué un rôle essen­tiel dans l’élection d’Emmanuel Macron, le sou­tenant de manière mas­sive, sem­ble s’interroger main­tenant que 18 mois ont passé… ou bien fait sem­blant.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.