Accueil | Actualités | Médias | Le portage, avenir de la presse quotidienne en France ?
Pub­lié le 29 octobre 2012 | Éti­quettes : , ,

Le portage, avenir de la presse quotidienne en France ?

Une étude parlementaire récente se penche sur les différents modes de distribution de la presse quotidienne. Un premier constat, la France ne dispose que d’un point de vente pour 2 000 habitants contre un pour 800 en Allemagne, encore peut-on constater chaque jour la disparition des kiosques dans nos grandes villes. Deuxième constat le portage à domicile ne représente que moins de 20% de la distribution de la PQN (presse quotidienne nationale) contre 60% en Allemagne et… 88% en Hollande. Troisième constat la PQR (presse quotidienne régionale) qui résiste mieux utilise plus le portage à hauteur de 50% et avec des pointes à 73% pour un titre phare comme Le Télégramme de Brest, un des rares quotidiens qui se portent bien. Du côté des « grands titres », Le Monde n’est porté que pour 15% de ses ventes et Libération pour moins de 10%. Problème, le budget d’aide à la presse pour 2013 ne consacre que 38 millions d'euros d’aide au portage contre 249 millions d'euros pour l’aide à la distribution postale.

Source : rapport parlementaire, Michel Francaix, évolution des aides à la presse en 2013.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.