Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Le Point va supprimer 28 postes sur 180

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

14 décembre 2014

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Le Point va supprimer 28 postes sur 180

Le Point va supprimer 28 postes sur 180

Temps de lecture : < 1 minute

L’hebdomadaire Le Point a annoncé jeudi dernier un plan d’économies qui va entraîner la suppression de 28 postes sur environ 180 salariés.

L’heb­do­madaire compte égale­ment con­sacr­er des investisse­ments impor­tants visant à assur­er sa muta­tion numérique. « C’est un plan ambitieux, avec une réor­gan­i­sa­tion de la rédac­tion autour du numérique, une mon­tée en gamme édi­to­ri­ale et des ambi­tions géo­graphiques dans la fran­coph­o­nie, pour devenir le jour­nal de référence fran­coph­o­ne, un The Econ­o­mist fran­coph­o­ne », a expliqué Éti­enne Ger­nelle, le directeur de la publication.

Et d’a­jouter que son mag­a­zine voulait « préserv­er et con­solid­er les forces édi­to­ri­ales » avec, en pri­or­ité, « la rédac­tion et la tech­nolo­gie ». Troisième mag­a­zine français avec 386 000 exem­plaires ven­dus en octo­bre dernier, Le Point a cepen­dant du faire face à une éro­sion de ses ventes, à hau­teur de — 4 % sur un an.

Désor­mais, l’heb­do­madaire veut se con­cen­tr­er sur le numérique. Cet été, il a d’ailleurs lancé une sec­tion payante de son site, qui enreg­istre 4 mil­lions de vis­i­teurs uniques par mois. Aujour­d’hui de nou­veaux pro­jets sont prévus comme un développe­ment des appli­ca­tions ou encore de nou­veaux for­mats numériques, gra­tu­its et payants, qui n’ont pas encore été dévoilés.