Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le patron de la BBC, Tony Hall, contraint à la démission

23 janvier 2020

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Le patron de la BBC, Tony Hall, contraint à la démission

Le patron de la BBC, Tony Hall, contraint à la démission

Nous vous avons déjà parlé des orientations proches du monde libéral libertaire de la BBC, hostile au Brexit, malmenant Nigel Farage, adepte de la censure préventive via la pseudo « lutte contre la désinformation ». Le nouveau premier ministre britannique, l’ébouriffé Boris Johnson avait déjà manifesté son inquiétude devant le manque de pluralisme de la chaine publique. Assailli par les critiques, le directeur général Tony Hall, met fin à ses fonctions.

Une charte financière en danger

Au Roy­aume-Uni le non-paiement de la taxe sur l’audiovisuel pub­lic (154 livres soit 175€) est une offense crim­inelle pou­vant entraîn­er une amende de 1000 livres (1150€). Le mon­tant de cette rede­vance (payée par près de 26 mil­lions de foy­ers) et les mesures coerci­tives accom­pa­g­nant le non-paiement doivent être redis­cutés en 2021 pour la péri­ode 2022/2027. Hall n’était plus en mesure de négoci­er ce pas­sage déli­cat au moment où cer­tains voudraient rem­plac­er la rede­vance par un sim­ple abon­nement.

7 ans et puis s’en va avec un bilan en berne

Tony Hall avait pris les rênes de la BBC en 2013 après le scan­dale Jim­my Sav­ile, un présen­ta­teur vedette décédé deux ans aupar­a­vant et qui s’est révélé un impres­sion­nant pré­da­teur sex­uel post-mortem. Un peu comme si le présen­ta­teur Nagui avait été con­va­in­cu de pédophilie aggravée (ce que nous ne soupçon­nons en aucune manière).

Nom­bre de bri­tan­niques n’ont plus con­fi­ance dans le cre­do libéral lib­er­taire de « Aun­tie » (tan­tine) et pensent qu’elle manip­ule la vérité. Cette défi­ance, l’hostilité des con­ser­va­teurs, plus une affaire mal gérée d’inégalité salar­i­ale entre hommes et femmes ont eu rai­son de Tony Hall dont le bilan s’avère négatif. Un bilan qui ne l’empêchera pas de pren­dre la tête de la pres­tigieuse Nation­al Gallery, le monde libéral lib­er­taire est tout petit mais sait se ser­rer les coudes.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.