Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Boris Johnson se méfie de la BBC et y veut plus de pluralisme

21 décembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Boris Johnson se méfie de la BBC et y veut plus de pluralisme

Boris Johnson se méfie de la BBC et y veut plus de pluralisme

La BBC est une institution en Grande Bretagne, affectueusement surnommée Auntie (tantine). Une institution autrefois respectée mais depuis une bonne vingtaine d’années alignée sur une ligne globalement libérale libertaire, comme ceux d’une autre institution britannique The Economist, avec une touche de francophobie pour ce dernier. Ce manque de neutralité et d’honnêteté n’a pas échappé à Boris Johnson qui veut profiter de sa victoire électorale pour réformer l’institution.

Parti-pris anti conservateur et boycott

Tout au long de la pre­mière cam­pagne du Brex­it puis de l’interminable débat par­lemen­taire et médi­a­tique qui s’ensuivit, la BBC a très large­ment favorisé le remain et ses par­ti­sans. Il en fût de même lors de la cam­pagne élec­torale de décem­bre 2019 qui a vu la vic­toire écla­tante des brex­iters con­ser­va­teurs (de moins en moins thatch­ériens) de Boris l’ébouriffé.

Today, la mati­nale de Radio 4, est une émis­sion célèbre et très suiv­ie. Le same­di qui a suivi les élec­tions lég­isla­tives, Boris John­son a demandé à ses min­istres de boy­cotter l’émission en signe de protes­ta­tion, lais­sant plan­er la men­ace d’un boy­cott permanent.

La redevance en question

La BBC est un ser­vice pub­lic pour lequel les usagers – la qua­si-total­ité des foy­ers – paient une rede­vance et son non-paiement est une offense crim­inelle, pou­vant entraîn­er le paiement d’une amende de 1000 livres (1200€). C’est ce qu’entend chang­er le secré­taire au Tré­sor du précé­dent gou­verne­ment John­son. Ce dernier a déclaré penser à décrim­i­nalis­er cette absence de paiement : « C’est une chose que le pre­mier min­istre a demandé d’examiner et il a don­né des instruc­tions en ce sens. Je pense qu’il est juste de dire au peu­ple que la crim­i­nal­i­sa­tion du non-paiement de la rede­vance est une chose qui a provo­qué beau­coup de ques­tions par le passé ».

Déc­la­ra­tion qui a provo­qué un cer­tain émoi à la BBC, cette mesure pou­vant lui faire per­dre annuelle­ment une somme supérieure à 200 mil­lions de livres (240M€). Pire, le mon­tant de la rede­vance pour la péri­ode 2022/2027 doit être redis­cuté en 2021 entre le gou­verne­ment et le ser­vice pub­lic. Cette rede­vance de 154 livres (175€), dont sont exemp­tées les per­son­nes de plus de 75 ans, est payée par près de 26 mil­lions de foy­ers. Le nou­veau gou­verne­ment bri­tan­nique aura quelques argu­ments à présen­ter pour que l’honorable tan­tine BBC présente un vis­age moins sec­taire et plus plu­ral­iste. Un exem­ple dont pour­rait s’inspirer un hypothé­tique gou­verne­ment con­ser­va­teur en France ?

Voir aussi : Quand la BBC libérale libertaire malmène Nigel Farage

Quand la BBC libérale lib­er­taire malmène Nigel Farage

Voir aussi : Quand la BBC se rêve chef de file de la lutte contre la désinformation

Quand la BBC se rêve chef de file de la lutte con­tre la désinformation

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.