Accueil | Actualités | Médias | Le Monde a lancé sa « Lettre de l’éducation »
Pub­lié le 24 juillet 2019 | Éti­quettes : ,

Le Monde a lancé sa « Lettre de l’éducation »

Première diffusion le 28/02/2019

Si un quotidien à ce point représentatif du système officiel des médias décide de proposer une « Lettre de l’éducation » régulière à ses lecteurs, outre ce qu’il publie déjà sur le sujet, il est forcément nécessaire de regarder ce dont il s’agit. L’OJIM s’est penché sur les deux premières lettres, celles de début février 2019.

Le Monde l’annonçait à ses lecteurs, une « Lettre de l’éducation » arriverait pour début février. C’est fait : la première est parue le 5 février 2019. Tout abonné qui décide de recevoir cette lettre le peut, elle tombe dans sa boîte à courriels chaque lundi.

Première semaine : Lettre envoyée le 5 février

L’article à la Une est : « Bruit en classe, la santé des enseignants en jeu ».

Une partie « en bref » avec comme sujets :

  • La réforme des lycées
  • Vers des écoles du socle ?
  • Halte à la fusion des académies.

Le 1er et le 3e sujet reprenant les interventions du Ministre Blanquer dans la presse. Le 2e présentant une décision de l’Assemblée Nationale.

Une partie « discussion » : trois tribunes ou interventions sont proposées pour cette première lettre. Textes d’enseignants et de spécialistes qui peuvent être librement proposés pour publication, sur des sujets liés à l’éducation et vus de l’intérieur car l’objet de cette lettre est clairement, bien que non-dit, de reconquérir un lectorat en partie disparu dans l’Éducation Nationale. Ce dernier lieu étant à la fois un vivier de lecteurs et de contributeurs, et propre sur lui en matière idéologique. On devine à la lecture de ces tribunes que les discussions resteront dans un cadre d’idées acceptables à Paris.

Une partie « ressources pédagogiques » où… personne ne sera surpris des thèmes retenus pour démarrer :

  • La résistible ascension du transhumanisme.
  • Des changements qui fâchent au camp autrichien de Mauthausen.

Les liens politiquement corrects sont évidents dès les accroches, puisque l’objet du 2e article est de s’en prendre à l’actuel gouvernement autrichien.

Suivent « l’actu de la semaine », reprise d’articles des pages éducation du Monde, une partie « culture et voyage », avec un article sur l’architecture contemporaine (Le Monde ne va tout de même pas commencer par du non bobo…) et un autre sur un rappeur (tant qu’à parler à des enseignants…). La Lettre se termine par « dans le rétro », regard sur un passé proche, et un lien sur le blog rigolo « Une année au lycée », assez connu maintenant pour être devenu livre dans les librairies, journal d’un enseignant qui ne manque pas d’humour.

Seconde semaine : Lettre envoyée le 12 février

L’article à la Une est : « L’école inclusive à l’épreuve de la classe ».

Le Monde donne la parole à des enseignants qui témoignent de leur expérience concernant le fait que maintenant tous les enseignants peuvent être conduits à accueillir des handicapés de tous types dans leurs classes, y compris des handicaps lourds. Une des réalités de cette décision bien-pensante est qu’elle a été mise en œuvre avec peu de moyens (pas de réelle formation pour les enseignants, comme si s’occuper d’un autiste s’improvisait) et avec un recrutement destiné à faire baisser les chiffres du chômage (quand ils sont accompagnés, ces handicapés le sont par des précaires la plupart du temps en fin de droits, eux-mêmes bénéficiant de peu ou pas de formation).

La partie « en bref » avec comme sujets :

  • Sport à l’école
  • Nuit des lycées (il s’agit de la mobilisation des enseignants contre la réforme des lycées)
  • De nouveau la fusion des académies

La partie « discussion » : au menu, « à la suite des polémiques sur l’article 1 de la loi pour une école de la confiance, le juriste Bernard Toulemonde rappelle le droit en matière de devoir de réserve des enseignants. Le philosophe Eirick Prairat interroge la place de la philosophie de l’éducation dans les débats sur l’école. La chercheuse en sciences de l’éducation Françoise Carraud analyse les évolutions de l’école maternelle ». Les enseignants parlent aux enseignants, en particulier de cette enseignante convoquée par son recteur pour avoir critiqué la loi en prenant la parole en tant qu’enseignante.

La partie « ressources pédagogiques » est toujours « correctement » engagée avec deux articles :

  • « Les insectes pourraient disparaître de la planète d’ici 100 ans ».
  • « Tanzanie : un mariage entre femmes qui défie la tradition »

Les thèmes intéresseront des enseignants ayant souci de donner du grain à moudre respectable à leurs ouailles. L’article sur la Tanzanie est particulièrement éclairant concernant le positionnement du Monde : « Baptisée Nyumba ntobu (« La maison des femmes »), une tradition du peuple kuria permet aux femmes de se marier entre elles et de s’affranchir du patriarcat ». Une Afrique qui était non patriarcale avant l’arrivée des colons, c’est pain béni. Sur ce genre de sujets, personne ne doute que La Lettre de l’éducation du Monde évoquera sous peu le fait que 14 % des jeunes femmes qui accouchent à Saint Denis sont excisées. De fait, elles sortent à peine des collèges et des lycées.

Le Lettre se termine par les rubriques habituelles, après un passage par les nuits festives de Belgrade (Le Monde aime la fête, Philippe Muray l’avait remarqué) et une publicité déguisée pour les amis de l’émission Karambolage de Arte, partenaire du Monde, en particulier versant éducation.

Que retenir de cette Lettre de l’éducation du quotidien Le Monde, sinon qu’elle est représentative de la tonalité d’ensemble d’un quotidien qui, en tous les domaines, défend les positions d’un monde libéral-libertaire en perte de vitesse.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This