Accueil | Actualités | Médias | Le Guardian ouvre un café
Pub­lié le 10 juin 2013 | Éti­quettes : ,

Le Guardian ouvre un café

Le Guardian, sans doute le quotidien britannique le plus complet, perd de l’argent et des lecteurs. Beaucoup d’argent et beaucoup de lecteurs. C’est peut-être pour cela qu’il vient d’ouvrir un « data-cafe » dans le quartier branché de Shoreditch cette semaine.

Le café a déjà son twitter #guardiancoffee. Ouvert aux journalistes ou apprentis journalistes (et au public ?) le café est riche en gadgets électroniques. Écrans plats sur les murs transmettant les tweets en temps réel, une tablette encastrée dans chaque table. Si les boissons sont au prix du quartier (l’équivalent de 2,50 livres le café expresso), l’atmosphère est décrite par le magazine Vice comme « stérile, mortelle… sans vie et cynique ».

Le café servira aussi pour des interviews et comme « espace de travail pour les rédacteurs à temps partiel ».

L’éditeur hollandais NRC et le canadien Winnipeg Free Press ont déjà ouverts leurs cafés en 2012. Vitrine ? Phénomène de mode ? Nouveau créneau économique ? La presse écrite cherche toujours la martingale.

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux