Accueil | Actualités | Médias | Le groupe allemand Axel Springer s’incline devant Google
Pub­lié le 10 novembre 2014 | Éti­quettes : ,

Le groupe allemand Axel Springer s’incline devant Google

Engagé dans un bras de fer avec Google, Axel Springer a cédé face au géant américain qui lui a fait perdre 40 % du trafic de ses sites.

Ce mercredi, le patron du groupe de presse allemand, Mathias Döpfner, a reconnu sa défaite en expliquant que ce bras de fer lui avait coûté trop cher. Une chute de 40 % du trafic avait été enregistrée suite à la décision de Google, le 9 octobre, de supprimer la description et les vignettes de 170 sites de presse allemands de son moteur de recherche.

Döpfner avait auparavant publié une lettre ouverte au patron de Google, Eric Schmidt, pour dénoncer le pouvoir exorbitant du groupe américain. « Nous avons peur de Google, je dois le dire clairement et honnêtement, car peu de mes collègues osent le faire publiquement », avait-il écrit.

Suite à sa capitulation, le groupe allemand a accordé au géant américain une licence pour faire à nouveau figurer gratuitement les liens de ses papiers sur le moteur de recherche. « Cela ne se fait pas de notre plein gré, mais parce qu'Axel Springer ne voit pas d'autre possibilité, au vu de la position dominante de Google et de la pression financière qui en résulte », a indiqué le groupe.

Tirant 52 % de ses revenus grâce au numérique, Axel Springer n'avait visiblement pas d'autre solution, d'autant que le gendarme allemand de la concurrence ne s'est toujours pas prononcé sur cette situation alarmante.

Google est un mastodonte que personne ne semble pouvoir arrêter.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This