Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le conflit israélo-palestinien déchaîne les passions sur la toile
Publié le 

19 juillet 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le conflit israélo-palestinien déchaîne les passions sur la toile

Le conflit israélo-palestinien déchaîne les passions sur la toile

D’après Les Échos, « les principaux sites français d’information en ligne sont devenus le champ de bataille de militants pro-palestiniens et pro-israéliens » alors que la crise au Proche Orient atteint des sommets de violence.

La société Netino, spé­cial­isée entre autres dans la mod­éra­tion des espaces de dia­logue sur de nom­breux médias en ligne, a tiré la son­nette d’alarme en con­statant qu’« une véri­ta­ble guerre d’influence, via les réseaux soci­aux, se met en marche dans les deux camps pour essay­er d’orienter les con­tenus édi­to­ri­aux des grands jour­naux et du même coup, influ­encer l’opinion publique française ».

Aux Échos, le prési­dent de cette société, Jérémie Mani, explique que « le con­flit israé­lo-pales­tinien est le cauchemar du mod­éra­teur ». Avec le meurtre de trois enfants israéliens, le flux de com­men­taires pas­sion­nés avait déjà net­te­ment aug­men­té. Mais lorsqu’Is­raël a riposté en lançant des frappes sur la bande de Gaza, les débats enflam­més ont lit­térale­ment explosé. Selon Netino, l’in­ter­naute essaie tan­tôt de défendre son camp, tan­tôt de rejeter la faute sur les jour­nal­istes en les accu­sant de mal traiter ce sujet déli­cat. On leur reproche, côté pro-pales­tinien, de ne pas employ­er les ter­mes de « géno­cide » et de « mas­sacre » et d’être à la sol­de d’un « com­plot sion­iste ». Côté pro-israélien, on n’ad­met pas que la presse souligne l’a­gres­siv­ité et la riposte dis­pro­por­tion­née d’Is­raël dans cette lutte.

« Qua­si­ment aucune chaîne de télévi­sion, de radio, quo­ti­di­en ou mag­a­zine n’est épargné. Tous reçoivent quo­ti­di­en­nement un flot de com­men­taires haineux et racistes, vari­ant de cen­taines à quelques mil­liers par jour », rela­tent Les Échos. « J’ai même vu pass­er les coor­don­nées d’un jour­nal­iste qui avait écrit un arti­cle sur le con­flit. Son email et son numéro de télé­phone étaient pub­liés », pré­cise Jérémie Mani.

François Jeanne-Bey­lot, fon­da­teur et gérant de la société Troover Inmedi­at­ic spé­cial­isée dans la recherche d’informations et de l’influence sur Inter­net, y voit un phénomène viral dif­fi­cile­ment con­trôlable : « Les sites d’information en ligne sont prop­ices aux phénomènes viraux puisqu’ils favorisent le partage et le com­men­taire de leurs con­tenus. » Par­fois, un util­isa­teur peut même copi­er-coller son mes­sage des cen­taines de fois son mes­sage sur dif­férents sites, quand ce ne sont pas des robots qui sont util­isés pour cette tâche.

« Aujourd’hui, mes clients sont dépassés », explique Jérémie Mani. En effet, chaque arti­cle trai­tant du con­flit israé­lo-pales­tinien enflamme les foules à tous les coups. Un embrase­ment qu’il devient très dif­fi­cile de gér­er. « Ce con­flit est une con­stante. C’est un dia­logue de sourds qui fait beau­coup de bruit », ajoute M. Mani avant d’ex­pli­quer que « dans l’idéal, il faudrait garder un mes­sage type et blo­quer toutes ses répliques mais cela représente un tra­vail con­sid­érable ».

Et impos­si­ble pour les médias de laiss­er libre cours au débat, en ne mod­érant rien, sous peine de tomber sous le coup de la loi. Pour Jérémie Mani, la solu­tion la plus sim­ple est tout sim­ple­ment de blo­quer tem­po­raire­ment les com­men­taires sous cer­tains arti­cles. « Cela se jus­ti­fie tout à fait dans ce cas-ci puisque 80 % des com­men­taires sont sup­primés », con­clut-il.

Mais là encore, cette appli­ca­tion est impos­si­ble sur les réseaux soci­aux, où l’on ne peut pas choisir de blo­quer les com­men­taires… Reste pour les médias la solu­tion la plus com­muné­ment adop­tée : laiss­er pass­er la tem­pête en ten­tant de gér­er au mieux ces vagues enven­imées.

Crédit pho­to : steved_np3 via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision