Accueil | Actualités | Médias | Lagardère vend un tiers de ses titres
Pub­lié le 19 octobre 2013 | Éti­quettes : , , ,

Lagardère vend un tiers de ses titres

La décision était attendue. Jeudi 17 octobre, la direction de Lagardère Active devait statuer sur l’avenir du groupe, et au passage, sceller le sort de ses journaux dont on redoutait une vente massive du côté des salariés.

Leurs craintes se sont désormais matérialisées : le groupe a annoncé, devant le comité d'entreprise de HFA et celui de la régie du groupe, la vente de 10 titres, soit un tiers de ceux qu’il possède. Ainsi le groupe va-t-il se séparer de Première, Psychologies magazine, Auto Moto, Campagne et Décoration, Be, Le Journal de la Maison, Maison & Travaux, Mon Jardin Ma maison, Union et Pariscope.

« Ces titres cédés sont de grande qualité, ils ont des équipes hautement professionnelles. Mais Lagardère Active doit impérativement resserrer son portefeuille pour concentrer ses efforts d'investissement », s’est justifié la direction en mettant en lumière « la rupture radicale provoquée par le numérique », venant bouleverser ses activités.

Lagardère souhaite désormais se concentrer sur ses marques phares : Paris Match, Elle et Télé 7 jours. « Le choix de concentrer nos forces sur nos vaisseaux amiraux doit s'accompagner d'une stratégie de développement de ces marques phare », a ajouté Denis Olivennes dans une lettre aux salariés du groupe.

Concernant le reste de ses titres, la direction a décidé de les organiser en cinq pôles :

- Féminin haut de gamme : Elle, ses déclinaisons et ses licences à l'international ainsi que Art et Décoration,

- Actualité : Le Journal du Dimanche, Paris Match et Version Fémina,

- Grand public : France Dimanche, Ici Paris, Télé 7 Jours, Telé 7 Jeux,

- Divertissement : Public et les sites T7J, Plurimedia, TV Replay, BilletReduc, ainsi que les développements numériques de Première et de Pariscope (dont seules les versions papier sont à vendre),

- Familial : Doctissimo, Info Bébés, Parents.

La régie publicitaire restera la même. Concernant les magazines qui ne trouveront pas de repreneurs, ils seront tout bonnement fermés. Près de 350 postes sont donc en suspens (10 % de l’effectif total du groupe). Pour rassurer les salariés, Denis Olivennes a affirmé que Lagardère allait mettre en place un plan d’accompagnement « exemplaire ».

Les salariés de Lagardère Active ont d’ores et déjà voté, le jour même, une grève générale qui débutera le lundi 21 octobre.

Crédit photo : capture d'écran site lagardere.com

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux