Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’AFP de Fabrice Fries : vidéo et implantation locale

5 juillet 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’AFP de Fabrice Fries : vidéo et implantation locale

L’AFP de Fabrice Fries : vidéo et implantation locale

Lors d’un petit déjeuner le 26 juin 2019, le nouveau président de l’AFP Fabrice Fries a pu préciser sa stratégie pour son mandat de cinq ans.

Une machine de guerre très internationale

5000 dépêch­es par jour ain­si que 3000 pho­tos et 250 vidéos, 1500 col­lab­o­ra­teurs sur tous les con­ti­nents, l’agence fig­ure au pal­marès des trois agences de presse mon­di­ales avec les améri­caines Reuters et Asso­ci­at­ed Press. L’agence dis­pose d’un réseau incom­pa­ra­ble sur la qua­si-total­ité de la planète, du plus petit (un bureau à Pyong Yang en Corée du Nord, 4 per­son­nes au Soudan) au plus gros (75 per­son­nes à Lon­dres). L’AFP est tra­di­tion­nelle­ment très implan­tée en Afrique, Europe et Moyen-Ori­ent, plus faible en Amérique du Nord où les deux grands con­cur­rents jouent à domi­cile.

Vidéo, vidéo, vidéo

Alors que les con­cur­rents ont des ser­vices vidéo séparés, l’AFP a choisi de les inté­gr­er aux ser­vices, autrement dit un respon­s­able pays ou secteur peut fournir à la fois du texte, de la pho­to et de la vidéo de manière inté­grée. Le ser­vice pho­to de l’agence fait jeu égal avec Get­ty images mais ce dernier a une clien­tèle entre­prise beau­coup plus dévelop­pée, alors que l’agence ne réalise que 3% de son activ­ité au ser­vice des entre­pris­es et avec un per­son­nel dédié. Le numérique est pour le moment mar­gin­al mais en plein développe­ment avec des objec­tifs ambitieux pour la man­da­ture.

Contrat commercial avec Facebook

Avec un endet­te­ment de 80M€ et sous le regard sour­cilleux des insti­tu­tions européennes, l’agence doit trou­ver de nou­veaux moyens de développe­ment. Dans les 300M€ de revenus, 130M€ vien­nent de la sub­ven­tion éta­tique et celle-ci va dimin­uer. Après le con­trat gag­né en 2017 avec la BBC, l’agence a signé un accord com­mer­cial avec Face­book.

Dans cet accord l’agence four­nit un ser­vice exclusif de « véri­fi­ca­tion de l’information ». A mi 2019, 40 per­son­nes de l’AFP y tra­vail­lent dans 25 pays et le nom­bre de pays comme de per­son­nels dédiés doit encore aug­menter. Des accords sim­i­laires pour­raient être signés avec Insta­gram ou YouTube.

Crise de la presse écrite

Les prin­ci­paux clients de l’agence étaient tra­di­tion­nelle­ment les titres de la presse écrite. Ce poste représente encore 32% des revenus mais cette pro­por­tion est en baisse. A terme le nou­veau prési­dent estime qu’il ne restera que deux titres de quo­ti­di­ens de qual­ité par pays avec une forte diminu­tion de la presse quo­ti­di­enne régionale, cette dernière n’ayant d’ailleurs plus les moyens de s’offrir les ser­vices de l’agence.

Moins de monde, des controverses et étrange recours au CRIF

Pour la pre­mière fois dans son his­toire l’agence a recours à un plan de départs volon­taires de 125 per­son­nes (95 nets avec 30 recrute­ments pro­gram­més) qui raje­u­ni­ra les effec­tifs. L’agence a par­fois été soupçon­née d’avoir une « vision pro-pales­tini­enne » et donc hos­tile à Israël. Fab­rice Fries a pré­cisé que le prési­dent n’avait aucune influ­ence sur les con­tenus édi­to­ri­aux et – plus éton­nant – que des réu­nions de tra­vail avaient eu lieu avec le CRIF pour exam­in­er cer­tains con­tenus. Une procé­dure étrange de col­lab­o­ra­tion avec une insti­tu­tion com­mu­nau­taire.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.