Accueil | Actualités | Médias | La surveillance de la NSA, une menace pour les journalistes
Pub­lié le 23 juin 2013 | Éti­quettes : ,

La surveillance de la NSA, une menace pour les journalistes

Suite aux révélations d’un ex-consultant de la NSA, Edward Snowden, sur la surveillance des conversations privées sur internet, Dan Gillmor, chroniqueur au Guardian, professeur de journalisme et auteur de « We the media », a répondu aux questions du Nouvel Observateur.

« Les journalistes devraient toujours envisager le pire en termes de sécurité, a-t-il estimé. Ça peut être une question de vie ou de mort pour leurs sources. En particulier pour les "whistleblowers" du gouvernement, ces "lanceurs d’alerte" qui prennent des risques pour révéler des éléments importants. » Et de prévenir : « Un journaliste, quelle que soit sa source, doit toujours prendre des précautions pour vérifier sa sécurité. Les journalistes qui travaillent beaucoup avec ce média ne le comprennent et ne le réalisent pas assez. »

« Les médias utilisent Google, Apple, Facebook, YouTube pour de bonnes raisons. Mais peut-être ne faisons-nous pas assez attention. Nous leur donnons une grande partie de ce qui fait notre fonds de commerce », a-t-il poursuivi en donnant l’exemple de Facebook, qui pour lui « est à la fois bon et mauvais pour le journalisme. Les internautes y sont massivement, mais nous, journalistes, lui accordons beaucoup trop de ce qui fait le cœur de notre métier. Ils monétisent ces données, nous devrions plutôt nous concentrer à trouver cet argent pour survivre. »

« Il est facile désormais, pour le gouvernement américain notamment, de savoir avec qui nous échangeons. En tant que journaliste, nous devrions soulever la question, c’est un problème ! Dans les dictatures, les médias sont obligés de travailler ainsi. C’est leur seul moyen de pouvoir discuter avec les membres de l’opposition dans certains pays. S’ils sont démasqués, cela peut être fatal. En Amérique du Nord et en Europe, il est impossible de continuer à penser qu’une surveillance n’existe pas. »

En mai dernier, le New Yorker a lancé « Strongox », une base cryptée permettant des échanges sécurisés entre journalistes. Un début ?

Crédit photo : DR

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.