Accueil | Actualités | Médias | La sémantique du Monde, un exemple de soft manipulation
Pub­lié le 11 novembre 2019 | Éti­quettes : ,

La sémantique du Monde, un exemple de soft manipulation

Le Monde était parvenu à le faire croire (un peu) au siècle dernier : comme « quotidien de référence », jamais il ne pratiquerait l’approximation, pas plus que la fake news (surtout pas à l’époque Plenel par exemple ?). La manipulation n’a pas besoin de cette panoplie pour se déployer dans ses pages. La preuve par un article tout récent sur l’immigration.

Le mardi 5 novembre 2019, Le Monde publie un article mis en ligne vers 2 heures du matin. Il est d’abord intitulé : Vingt mesures pour l’immigration.

Accroche : « Les décisions qui seront officiellement dévoilées mercredi ont été présentées dès lundi soir à plusieurs ministres et parlementaires de la majorité réunis à Matignon ».

À 8 heures, le titre et l’accroche sont devenus : Les vingt mesures du gouvernement sur l’immigration.

« L’exécutif veut durcir les conditions d’accès aux soins des demandeurs asile. Le gouvernement dévoilera, mercredi, vingt mesures sur l’immigration, après un mois de polémiques amalgamant ce sujet au communautarisme ».

Le positionnement n’est pas exactement identique et a varié très rapidement.

Dans le corps de l’article

L’article est, quant à lui, apparemment « neutre », présenté sous l’égide de l’AFP (« Le Monde avec AFP »). Une neutralité toute apparente tant le diable se niche dans les détails, et la manipulation du lecteur dans le choix de mots savamment et discrètement distillés au fil d’un article se présentant comme objectif.

Citations :

« Plus exigeant sur l’accès aux soins, plus ferme face aux « abus » et davantage soucieux des filières économiques en tension. Edouard Philippe dévoilera, mercredi 6 novembre à l’issue d’un comité interministériel, vingt mesures, sur l’immigration, après un mois de polémiques amalgamant ce sujet au communautarisme et à la laïcité. Les décisions ont été présentées dès lundi soir à plusieurs ministres et parlementaires de la majorité, réunis à Matignon. »

C’est un premier paragraphe qui a l’air factuel mais qui ne l’est pas. Les mots soulignés le montrent, en particulier le verbe amalgamer.

« Comme attendu, et malgré les protestations des associations, l’exécutif a acté l’instauration pour les demandeurs d’asile d’un délai de carence de trois mois pour accéder à la protection universelle maladie (PUMA), la « Sécu » de base. Jusque-là, ils y avaient droit dès le dépôt de leur demande ».

Rappeler l’existence de cette opposition, celle des sacro-saintes associations, n’est ici pas anodin. Les dites « associations » vivent de l’immigration, on peut comprendre qu’elles soient hostiles à toute mesure diminuant leur gagne-pain.

« Dispositif réservé aux sans-papiers, et régulièrement au cœur de controverses pour son caractère supposément dispendieux, l’aide médicale d’Etat (AME), qui bénéficie à 318 000 personnes, n’est pas directement touchée. Mais désormais, certains actes non urgents pourront faire l’objet d’un accord préalable de la Sécurité sociale ».

Et

« Davantage de contrôles devront aussi être exercés sur les bénéficiaires de l’aide aux demandeurs d’asile (ADA) qui toucheraient, selon le gouvernement, indûment en même temps le revenu de solidarité active (RSA) ».

Voilà qui se passe de commentaire.

Le Monde prétend donner une information neutre, tout est dans les adverbes (supposément) et les juxtapositions de références (amalgamant, les protestations). Lus avec attention, les articles du Monde sont ainsi effectivement « de référence », dans le domaine de la soft manipulation et du double masque. Le premier dissimule ce qu’elle est en réalité (manipulatrice), le second masque la réalité elle-même.

Voir un autre exemple de manipulation du Decodex (financé par Google) sous la signature de Samuel Laurent.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This