Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La SDJ de Challenges dénonce le boulevard fait à Macron

9 avril 2017

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | La SDJ de Challenges dénonce le boulevard fait à Macron

La SDJ de Challenges dénonce le boulevard fait à Macron

Le penchant des médias pour Emmanuel Macron n’est pas qu’une lubie d’extrême-droite, il est désormais constaté (et contesté) par les journalistes eux-mêmes.

Dans un com­mu­niqué pub­lié sur le site d’Acrimed, la Société des jour­nal­istes du mag­a­zine Chal­lenges dénonce le « boule­vard fait à Macron » dans les colonnes de leur jour­nal. Certes, « des édi­to­ri­al­istes “de droite” ont bien été embauchés et ten­tent de faire con­tre­poids ». Mais « la fréquence bien plus élevée des arti­cles de Bruno Roger-Petit et de Mau­rice Szafran, par rap­port à celles des autres édi­to­ri­al­istes, anni­hile totale­ment la ten­ta­tive de rééquili­brage ».

Mais au-delà de ce déséquili­bre des courants de pen­sée, des pres­sions auraient égale­ment été exer­cées pour ménag­er le can­di­dat d’« En Marche ». Ain­si, la SDJ déplore « les inter­ven­tions mul­ti­ples et déplacées de Mau­rice Szafran auprès de la direc­tion et de l’équipe web, suite à la paru­tion d’un arti­cle cri­tique à l’égard de Macron, paru le 14 mars sur le site : “Où sont les mil­lions de Macron ?”. Inter­ven­tions relayant le coup de télé­phone d’un com­mu­ni­cant de Macron. Et le bureau se demande à quel titre dans la rédac­tion sont effec­tuées ces inter­ven­tions ».

Tapis rouge pour Macron

Non seule­ment les jour­nal­istes pro-Macron sont majori­taires et favorisés, mais il est en plus dif­fi­cile de s’en pren­dre à l’i­dole. La SDJ demande donc sobre­ment à sa direc­tion de « veiller davan­tage et de manière plus effi­cace à l’équilibre poli­tique de Chal­lenges ».

Un bel exem­ple pour illus­tr­er, s’il en était besoin, le grossier tapis rouge déroulé sous les paroles vides et creuses d’un can­di­dat encen­sé par presque toute la presse. Mais, comme on a pu le voir récem­ment en Angleterre ou aux États-Unis, l’avenir peut réserv­er des sur­pris­es… et cer­tains pour­raient tomber de haut.

Voir notre dossier : Macron et les médias, l’amour parfait

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision