Accueil | Actualités | Médias | La SDJ de Challenges dénonce le boulevard fait à Macron
Pub­lié le 9 avril 2017 | Éti­quettes : ,

La SDJ de Challenges dénonce le boulevard fait à Macron

Le penchant des médias pour Emmanuel Macron n'est pas qu'une lubie d'extrême-droite, il est désormais constaté (et contesté) par les journalistes eux-mêmes.

Dans un communiqué publié sur le site d'Acrimed, la Société des journalistes du magazine Challenges dénonce le « boulevard fait à Macron » dans les colonnes de leur journal. Certes, « des éditorialistes "de droite" ont bien été embauchés et tentent de faire contrepoids ». Mais « la fréquence bien plus élevée des articles de Bruno Roger-Petit et de Maurice Szafran, par rapport à celles des autres éditorialistes, annihile totalement la tentative de rééquilibrage ».

Mais au-delà de ce déséquilibre des courants de pensée, des pressions auraient également été exercées pour ménager le candidat d'« En Marche ». Ainsi, la SDJ déplore « les interventions multiples et déplacées de Maurice Szafran auprès de la direction et de l’équipe web, suite à la parution d’un article critique à l’égard de Macron, paru le 14 mars sur le site : "Où sont les millions de Macron ?". Interventions relayant le coup de téléphone d’un communicant de Macron. Et le bureau se demande à quel titre dans la rédaction sont effectuées ces interventions ».

Tapis rouge pour Macron

Non seulement les journalistes pro-Macron sont majoritaires et favorisés, mais il est en plus difficile de s'en prendre à l'idole. La SDJ demande donc sobrement à sa direction de « veiller davantage et de manière plus efficace à l’équilibre politique de Challenges ».

Un bel exemple pour illustrer, s'il en était besoin, le grossier tapis rouge déroulé sous les paroles vides et creuses d'un candidat encensé par presque toute la presse. Mais, comme on a pu le voir récemment en Angleterre ou aux États-Unis, l'avenir peut réserver des surprises... et certains pourraient tomber de haut.

Voir notre dossier : Macron et les médias, l'amour parfait

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

36% récolté
Objec­tif : févri­er 2019 ! Nous avons récolté 720,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux