Accueil | Actualités | Médias | La rédactrice en chef du New York Times débarquée
Pub­lié le 17 mai 2014 | Éti­quettes : ,

La rédactrice en chef du New York Times débarquée

De manière inattendue, Jill Abramson, directrice de la rédaction du New York Times, a été débarquée de son poste.

Jill Abramson

Jill Abramson. Source : twitter.com/JillAbramson

C'est Arthur Sulzberger Jr., le président de la New York Times Co., qui a annoncé son départ aux journalistes mercredi dernier, ainsi que le nom de son remplaçant : Dean Baquet, 57 ans et qui était jusqu'à présent le numéro deux de la rédaction. Ancien du Los Angeles Times et du Chicago Tribune, lauréat du Prix Pulitzer en 1988, Baquet devient le premier afro-américain à diriger la « Gray Lady », surnom du New York Times.

Arthur Sulzberger Jr., s'il n'a donné aucune raison à l'éviction de Jill Abramson, a adressé toute sa confiance à son remplaçant. « Il n'y a pas de journaliste dans notre rédaction ou ailleurs qui soit plus qualifié que Dean Baquet pour assumer les responsabilités de rédacteur exécutif aujourd'hui », a-t-il expliqué.

Comme le rapporte Le Figaro, des tensions internes existaient entre Sulzberger et la directrice débarquée, en poste depuis 2011. Ce dernier jugeait que Jill Abramson « perdait la confiance de ses troupes ». En revanche, le patron opérationnel de la New York Times Co., Mark Thomson, en place depuis 2012 et dirigeant d'une main de maître la mutation numérique du journal, conserve toute la confiance du boss.

Crédit photo : flodigrip via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This