Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La doctrine Patrick Cohen encore mise en échec

3 juin 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | La doctrine Patrick Cohen encore mise en échec

La doctrine Patrick Cohen encore mise en échec

Patrick Cohen obtient encore un zéro pointé. Face à Jordan Bardella, cette fois, vainqueur des élections européennes. Les membres de l’équipe de l’émission politique C à vous, sur France 5, apparaissent comme un groupe médiatique militant ancré dans l’idéologie du « progrès ». C’est encore pire quand l’invité appartient à un courant politique dont ils ne supportent pas la simple existence. Ce fut de nouveau le cas le mercredi 29 mai 2019, avec Jordan Bardella comme invité.

C à vous, est-ce encore à nous ? Nous, les téléspec­ta­teurs ?, devaient se deman­der nom­bre de per­son­nes devant leur écran mer­cre­di 29 mai 2019 en assis­tant à un nou­v­el esclan­dre provo­qué par l’idéologie au pou­voir autour de la table. Ce n’est pas la pre­mière fois, la plus récente ayant con­duit Nico­las Dupont-Aig­nan à quit­ter le plateau le 6 mars 2019. Les alter­ca­tions avec cer­tains jour­nal­istes sor­tant du cadre de leur méti­er, la car­i­ca­ture en étant Patrick Cohen, devi­en­nent récur­rentes.

Pas de questions, mais des accusations

L’émission ani­mée par Anne-Elis­a­beth Lemoine invite Jor­dan Bardel­la puisque la liste du RN a gag­né les élec­tions. Dès que Patrick Cohen a la parole, les ques­tions pren­nent une tour­nure qui n’est plus jour­nal­is­tique, même si Lemoine et Cohen sem­blent ne pas le voir, affir­mant même sans arrêt le con­traire. D’emblée, le ton de Cohen est agres­sif. Bardel­la pose la ques­tion du mode de scrutin en général, com­par­a­tive­ment à une Europe où presque partout le sys­tème est pro­por­tion­nel. Au con­traire, en France le mode de scrutin lég­is­latif donne 7 députés au pre­mier par­ti de France. Sur ce sujet, silence radio des jour­nal­istes.

Patrick Cohen ne pose pas de ques­tions mais tente de « piéger » son invité, ce qu’il ne fait jamais avec un invité plus Cohen/compatible.

Il emploie sans cesse l’expression extrême droite au sujet des par­tis sou­verain­istes et pop­ulistes. Bardel­la lui répond : « Non, il n’y a pas d’extrême droite, arrêtez d’insulter les gens, il y a des par­tis sou­verain­istes qui défend­ent le pro­jet d’une autre Europe ». Cer­tains médias, à l’image de Cohen, ne sai­sis­sent pas ou ne veu­lent pas voir : ils se bat­tent con­tre un autre chemin pos­si­ble, et donc en faveur d’une idéolo­gie unique actuelle­ment au pou­voir. Désireux de mon­tr­er que le RN serait un mou­ve­ment d’extrême droite en passe de s’allier avec des par­tis eux aus­si, selon Cohen, d’extrême droite, le « jour­nal­iste » devenu réelle­ment hargneux, voir la vidéo vers 10’25, fait alors référence à l’Aube dorée, et « aux nazis du par­ti grec ». L’obsession dev­enue ridicule du retour per­ma­nent aux années 30 s’exprime sur le ser­vice pub­lic. Réponse de Bardel­la : « Nous ne sommes pas alliés avec Aube dorée ». Ce que Cohen sait évidem­ment très bien.

Suprématisme estonien ?

Comme d’habitude, la fausse ques­tion de départ cache un autre aspect, Cohen ayant tou­jours un fil rouge con­duisant au même point : les nazis seraient aux portes de son apparte­ment parisien. Puisque Bardel­la indique ne pas être con­cerné par Aube dorée, il sort de son cha­peau le par­ti sou­verain­iste estonien et son chef avec qui « Marine Le Pen est allée faire un geste supré­maciste blanc », dit-il. Réponse de Bardel­la : « Non mais, arrêtez d’être méprisant mon­sieur Cohen, ça exas­père les Français… Ça, c’est un signe de supré­maciste blanc ? [Il y a, à l’écran, l’image de Marine Le Pen faisant l’émoticône « OK » présent sur tous les télé­phones], soyez hon­nêtes, faites pas preuve de mau­vaise foi, je peux répon­dre ? [tout le monde est en train de lui couper la parole, il n’y a plus de jour­nal­istes sur le plateau, mais des opposants au RN], mon­sieur Cohen vous pou­vez jouer l’insulteur pub­lic numéro 1, en l’occurrence le par­ti estonien en ques­tion est au pou­voir, ne vous en déplaise, il a été porté au pou­voir par les estoniens et il est allié avec un par­ti cen­triste qui est dans le même groupe que mon­sieur Macron au par­lement européen. Il n’y a pas un seul français qui nous regarde qui con­sid­ère que ce geste est un geste de supré­maciste ». Cela devrait clore le « débat » sur le sujet.

Tribunal de la bien-pensance

Ce n’est pour­tant pas le cas puisque l’émission, con­traire­ment à ses pré­ten­tions, n’invite pas mais con­voque devant un tri­bunal de la bien-pen­sance libérale lib­er­taire, ver­sant cen­tre gauche. Donc, Cohen : « On voit qu’ils font de la plongée sous-marine ». Bardel­la : « Il n’y a que chez vous, où les rédac­tions sont un peu pris­es de para­noïa en ce moment qui y voient des gestes supré­macistes. C’est ridicule ». Alliance ? « Nous sommes alliés avec ce par­ti qui est aujourd’hui au pou­voir, mon­sieur ».

Cohen fait les comptes des députés, voulant démon­tr­er que les sou­verain­istes n’auraient pas gag­né les Européennes et fait preuve d’un mépris dont ni lui ni Lemoine ne se ren­dent compte, voir à par­tir de 14’10. Ce qui con­duit logique­ment le jeune élu à point­er ce mépris : « Vous vous com­portez comme un petit inquisi­teur, ce n’est pas respectueux pour les 5 mil­lions de Français qui ont glis­sé un bul­letin de vote RN dans l’urne… » (…) Mon­sieur Cohen, est-ce qu’on peut ter­min­er une phrase [il est vrai que depuis 20 min­utes, il ne peut pas ter­min­er une phrase], ce qui est insup­port­able avec vous c’est que vous êtes payé avec l’impôt des Français, y com­pris avec celui des électeurs qui ont voté pour moi dimanche dernier, donc il faut être un peu plus objec­tif, un peu plus neu­tre, un peu plus respectueux des gens que vous invitez sur les plateaux (…) ce sont pas des ques­tions, vous bal­ancez des incan­ta­tions, avec mépris, arro­gance et peut-être un peu de gêne puisque sans doute le résul­tat de dimanche dernier ne vous plaît pas ».

Avec un client auquel les ani­ma­teurs ont du mal à s’opposer, l’émission per­met plusieurs con­stats :

→ Les jour­nal­istes d’une généra­tion plus anci­enne que celle de Bardel­la ne sont pas prêts pour affron­ter leurs nou­veaux clients, rom­pus aux insultes et autres noms d’oiseaux de longue date, et qui assu­ment leurs idées. Bardel­la : « vous sortez des ren­gaines vieilles de 30 ans ».

→ Cer­tains jour­nal­istes pro­lon­gent le jeu mit­ter­ran­di­en con­sis­tant à lut­ter con­tre une pré­ten­due extrême droite, con­cept dont ils n’expliquent jamais le sens. Con­cept vide qui devient inin­tel­li­gi­ble et inopérant.

→ A ce jeu, cer­tains médias, s’enferment dans un dogme qui appa­rait chaque jour plus out­ranci­er à la majorité de la pop­u­la­tion. Ces mêmes médias qui pré­ten­dent ne pas com­pren­dre pourquoi ils sont trop sou­vent méprisés.

Le traite­ment de l’invitation de Jor­dan Bardel­la sur C à vous con­firme com­bi­en cer­tains « ténors » médi­a­tiques Français sont à côté de la plaque à vouloir met­tre des chemis­es brunes à toute per­son­ne pen­sant l’Europe autrement qu’eux. Au moment où des jour­nal­istes sont con­vo­qués par la sécu­rité intérieure pour s’être penchés sur cer­tains agisse­ments de la prési­dence Macron, ce qui devrait bien plus les inquiéter. Reste une bonne nou­velle : si cer­tains jour­nal­istes sont hargneux, leur hargne n’a plus de poids, elle est même dev­enue ridicule, voire con­tre-pro­duc­tive. Patrick Cohen, meilleur four­ri­er du RN ?

Voir aussi

Patrick Cohen

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.