Accueil | Actualités | Médias | La détention du correspondant du Post prolongée par l’Iran
Pub­lié le 7 décembre 2014 | Éti­quettes : ,

La détention du correspondant du Post prolongée par l’Iran

Jason Rezaian, correspondant du Washington Post à Téhéran, a vu mercredi dernier sa détention prolongée de soixante jours, selon sa famille.

Cet irano-américain qui était le correspondant du Post en Iran depuis 2012, avait été arrêté le 22 juillet dernier en compagnie de son épouse, elle-même journaliste au quotidien émirati The National. Selon les autorités, il s'agirait d'une affaire liée « à la sécurité de la République islamique d'Iran ».

Si sa compagne a été libérée sous caution en octobre, Jason Rezaian n'est pas encore tiré d'affaire, même si une source officielle iranienne a laissé entendre que la justice devrait abandonner les charges retenues contre lui prochainement.

À noter que l'Iran ne reconnaît pas la nationalité américaine du journaliste, et avait d'ailleurs refusé qu'un avocat désigné par la famille puisse le rencontrer. Le mois dernier, le chef de la diplomatie iranienne, Mahammad Javad Zarif, a déclaré que Rezaian était interrogé « pour ce qu'il avait fait en tant que citoyen iranien ».

Pourtant, les charges retenues contre lui n'ont jamais été clairement énoncées. Selon Reporters sans frontières, au moins cinquante journalistes ou web-journalistes étaient emprisonnés en Iran en septembre.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This